lundi 24 avril 2017

Un doux pardon (Lori Nelson Spielman)



Titre original: Sweet Forgiveness
Traduction: Laura Derajinski
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Pocket (2 Juin 2016)
numéro 16415
442 pages
ISBN-10: 2266260138
ISBN-13: 978-2266260138
Genre: Chick-lit
Lu le: 11 Avril 2017
Ma note: 15/20




Résumé/4ème de couverture:

Il suffit parfois d'une simple pierre pour faire basculer le destin. 
Une simple pierre ou plutôt deux, arrivées par la poste. Hannah Farr, animatrice télé en plein flottement tant professionnel qu'amoureux, se trouve ainsi face à un choix. 
Renvoyer l'une de ces pierres à celle qui la martyrisa enfant, c'est lui accorder son pardon. Mais à qui adresser la seconde, censée perpétuer la chaîne ? S'il est facile de pardonner, demander des excuses peut à jamais changer le cours d'une vie... 

Mon avis…:

… Général :

Le premier livre de Lori Nelson Spielman « Demain est un autre » est typiquement un véritable « Feel Good Book », même si les émotions sont multiples et variées, que j’avais adoré. Pour ce second livre, les avis étaient un peu moins élogieux c’est la raison pour laquelle ce livre est resté un moment dans ma PAL, mais je tenais à le lire au printemps (oui printemps = feel good book, me demandez pas pourquoi^^).
Au final, j’ai tout autant apprécié cette lecture que « Demain est un autre jour » et colle parfaitement à cette étiquette de lecture bonne humeur!

…. Sur les personnages :
  • Hannah Farr: j’ai beaucoup aimé ce personnage central. Notre héroïne du moment semble avoir une vie parfaite et rêvée: elle est une présentatrice de renom qui assure son propre talk-show et qui lui assure ainsi d’une bonne situation et a un petit qu’elle aile avec qui elle envisage le mariage. Mais sous cette belle façade, Hannah ne se sent pas elle-même et des éléments, à travers les pierres du pardon qu’elle reçoit, vont venir tenir son existence et remettre toute sa vie, passée et future, en question. Ses parcours professionnel, amical, familial et amoureux vont être chamboulés, elle va être tiraillée à de nombreuses reprises et ses hésitations et ses doutes vont rythmer le récit. On se prend facilement d’affection pour Hannah que l’on a envie de voir apaiser et se détacher de ses démons pour enfin retrouver sa véritable personnalité.

Points de vue/Critiques:

Avec ce thème du pardon, beaucoup d’angle de vue et de questions peuvent être amené: pardonné ou être pardonné, attribuer le pardon sans concession offrant parfois un soulagement et un cadeau inestimable, l’acceptation de ce pardon, se dévoiler afin d’obtenir le pardon, la peur de ne pas être pardonné et voir son monde et son amitié s’écrouler à cet instant T. A côté de ces questions de donner et recevoir le pardon, la question de la temporalité est présente également: le pardon peut venir mais parfois avec un laps de temps écoulé conséquent nécessaire à la personne désirant se faire pardonner mais qui ne sera pas forcément en faveur de la personne qui attend de recevoir cette rédemption. Y-a-t-il dont une date de péremption au pardon?
Ce dernier peut également arriver d’une manière inattendu et assez différente de celle que l’on s’imaginait.

Beaucoup de choses sont donc abordées sur ce large thème. Et avec un « feel good book », vous vous dites (logiquement) que tout finira bien, tout le monde se pardonnera et se fera des câlins et on oublie tout. Normal, mais en aucun cas tout ne finira pas rose (je ne vous spoile pas). Certains seront certes pardonnés, mais d’autres non, donc on ne tombe pas dans la facilité et j’ai aimé cela. 
Les « pierres du pardon » ne sont bien évidement là qu’en tant que symboles (même si elles sont bien présentes physiquement^^), comme support pour donner ou recevoir le pardon. C’est une jolie façon d’amener le pardon dans la vie de nos protagonistes, et j’ai aimé que ces pierres ne prennent pas plus de place physiquement, la symbolique étant au final plus importante. 

La fin m’a pas mal bluffée. On s’attente forcément à un happy-end, mais la surprise es présente et l’auteure réussis à aller un poil plus loin et c’est agréable!

En bref:

            Pardonné ou être pardonné ne répond pas à une règle fixe où tout est cadré et codifié. Les multiples facettes et les différentes possibilités de ce thème sont largement abordés dans ce livre mais le tout restant sur cette vague du bonheur et du bien-être lors de la lecture. On s’attache très facilement à l’héroïne que l’on a hâte de la voir se débarrasser de ses voeux démons resurgit au travers de ces « pierres du pardon ». 



vendredi 21 avril 2017

L'envolée sauvage, tome 2: Les autours des palombes



Scénario: Laurent Galandon
Illustrations: Arno Monin
Nationalité des auteurs: Française
Editions Bamboo (7 Novembre 2007)
Collection Angles de vue
48 pages
ISBN-10: 2350783286
ISBN-13: 978-2350783284
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 19 Avril 2017
Ma note: 17/20



L’histoire:

            Samuel (un enfant juif) s'est enfui avec plusieurs camarades du pensionnat alors que les Allemands venaient les arrêter.
Après quelques embuches, il se retrouve désormais tout seul dans la campagne avant de trouver refuge dans une ferme. Mais la milice est toujours aux trousses des juifs... Il se fait arrêter et envoyer dans un camp de concentration...

Mon avis:

Après un premier tome en demi-teinte dans lequel j’avais bien aimé l’histoire et le cadre historique mais qui pêche un peu concernant la relation de Samuel avec les oiseaux et en particulier avec cette « Dame Blanche » qui n’était pas assez renforcée et claire à mes yeux, ce deuxième tome monte grandement niveau enthousiasme!!! 

Samuel se retrouvant dans un camp de concentration, ce scénario est beaucoup plus sombre et lourd, les souffrances et les conditions de vie étant très bien retranscrites. Les émotions passent instantanément vers le lecteur. 
En revanche, côté dessins tout n’est pas si finement retranscris. Un manque de détails, détails qui sont avant tout importants, ne sont pas dessinés ou alors mal mis en avant. Je pense notamment au moment où Samuel se blesse à la main à cause d’une balle qu’il reçoit, évènement que l’on comprend avec une vignette de retard et pas sur la vignette qui retranscrit le coup de feu. Heureusement, les traits de Samuel concorde avec sa condition de Juif détenu, puisqu’on le remarque devenant de plus en plus maigre et affaibli. 

En bref:

            Malgré des dessins qui manquent parfois de finesse et de précision, le scénario de ce deuxième volume est émotionellement plus intense, plus profond et plus lourd du fait de la situation de Samuel. La relation entre ce dernier et les oiseaux est également mieux définie et exploitée dans l’histoire par rapport au premier tome. 

Autour du livre:
  • Tome 1: La dame blanche (<— chronique à retrouver ici)
  • Livre emprunté à la bibliothèque


Les enquêtes d'Enola Holmes, tome 1: La double disparition




Scénario et Illustrations: Serena Blasco d’après Nancy Springer
Nationalité de l'auteur: Française
Editions Jungle (15 Septembre 2015)
Collection Miss Jungle!
58 pages
ISBN-10: 2822211280
ISBN-13: 978-2822211284
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 18 Avril 2017
Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture :

            Quand Enola Holmes, soeur cadette du célébre détective Sherlock Holmes, découvre que sa mère a disparu, elle pressent qu’elle seule pourra la retrouver.
Ingénieuse et rusée, elle fuit le manoir familial alors que ses deux frères décident de l’envoyer en pension. Elle se met en tête de vouloir retrouver des personnes disparues tout en continuant de suivre la piste de sa mère. Ses enquêtes la mèneront à se retrouver régulièrement en danger dans les bas-fonds de la capitale Londonienne.
Enola parviendra-t-elle à s’en sortir, et à élucider la disparition de s amère tout en échappant à se deux frères?

Mon avis:

Après avoir lu il y a peu de temps le roman du même nom, l’adaptation en bande-dessine est ultra fidéle au scénario. Néanmoins, je suis plutôt ravie d’avoir découvert Enola Holmes au préalable à travers le livre, puisque le scénario sous forme de bande-dessinée va très très vite. Il n’y a parfois pas de transition et certains détails ou faits marquants, comme notamment la découverte et la résolution des énigmes de la mère d’Enola, ne sont pas assez approfondis. La double disparition se résous donc très rapidement.

En revanche, avec des traits fins et des couleurs pastels à l’aquarelle, j’ai beaucoup aimé le personnage d’Enola. Je l’ai trouvé plus mature, plus réfléchie, plus rusée et avec beaucoup plus de caractère par rapport à ce que j’avais imaginé à travers le roman. On voit clairement ici qu’elle ne veut pas coller à l’étiquette des jeunes demoiselles de son âge et de son rang social. Et tout comme pour Enola, j’ai aimé mettre un visage sur les personnages des frères d’Enola. Peut-être est-ce dû au roman qui laisse peut de place aux descriptions physique des personnages, mais avec la bande-dessinée ces derniers semblent plus familiers et attachants.

Autant comme je ne poursuivrais pas la série d’Enola Holmes au travers des romans, autant j’aurais le plaisir de la continuer sous la forme des bandes-dessinées.

En bref:

            Adaptation ultra fidèle et efficace du roman de Nancy Springler mais dont le scénario semble très rapide sans réelle transition ni approfondissement sur certains aspects dû au format de bande-dessinée. Mais le fait de mettre des images et des visages sur les personnages découverts brièvement dans le roman est très agréable, cette personnification les rendent ainsi plus attachants. 

Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque


La rose écarlate, tome 5: Je serai toujours avec toi




Scénario et Illustrations: Patricia Lyfoung
Nationalité de l’auteur: Française
Editions Delcourt (8 Avril 2009)
47 pages
ISBN-10: 275601558X
ISBN-13: 978-2756015583
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 19 Avril 2017
Ma note: 17/20





Résumé/4ème de couverture :

            Maud et Guilhem, injustement accusés de meurtre à Venise, ont réussi à s'échapper de la cité des Doges grâce à l'appui d'une joyeuse bande de pirates. Embarquement immédiat pour Istanbul ! L'heure tourne et il est plus que temps d'empêcher les frères Huet dans leur quête du trésor des Templiers. Dès leur arrivée, nos deux compères s'enfoncent dans le désert en compagnie d'un guide dont l'attitude déplaît en tout à Guilhem. Serait-il jaloux ?

Mon avis:

Avec l’enquête de Maud et Guilhem qui les emmène aux quatre coins du monde et qui constitue le fil rouge de cette série, on retrouve dans chaque tome une petite touche d’humour ou de mystère supplémentaire par le biais de situations ou de personnages. Et ce cinquième tome ne déroge pas à cette règle, puisque Guilhem et en particulier Maud vont en même temps se retrouver sur quelques pas de leur passé. Cet aspect de l’histoire a été totalement inattendu pour moi et j’ai beaucoup aimé. 

La relation entre Guilhem et Maud évolue toujours mais cette fois-ci le rapport de force ou plutôt la jalousie s’inverse par rapport au tome précédent: c’est désormais Guilhem qui se retrouve pris de jalousie… Et le fait qu’ils vont se retrouver séparé l’un de l’autre est très intéressant et amène une petit touche de pers à l’histoire.

En bref:

            Ce cinquième tome n’évolue pas vraiment en ce qui concerne l’enquête principale de Guilhem et de Maud, mais il s’agit plutôt d’un tome de révélations qui nous en apprend davantage sur nos deux personnages centraux, sur leurs origines et leurs racines. 

Autour du livre:

  • Livre emprunté à la bibliothèque
  • Tome 1: Je savais que je te rencontrerais (<— chronique à retrouver ici)
  • Tome 2: Je veux que tu m’aimes (<— chronique à retrouver ici)
  • Tome 3: J’irai où tu iras (<— chronique à retrouver ici)
  • Tome 4: J’irai voir Venise (<— chronique à retrouver ici)

Triskell, tome 1: la marque de l'entre-monde



Scénario: Audrey Alwett
Illustrations: Rémi Torregrossa
Nationalité des auteurs: Française
Editions Soleil Productions (24 Mars 2010)
Collection Soleil Celtic
46 pages
ISBN-10: 2302009614
ISBN-13: 978-2302009615
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 11 Avril 2017
Ma note: 17/20



Résumé/4ème de couverture :

            Elles sont trois reines fées, trois sœurs morganes. Chacune a reçu en héritage un morceau du Triskell légendaire qui symbolise les forces de la Bretagne : Mer, Vent et Terre. Mais dans la quête éternelle du pouvoir, la guerre n'a pas tardé à éclater. Jeune orpheline, Gwen se voit confier la part des Vents. Dès lors, elle devra se heurter au rude monde des fées. Un musicien de rouge vêtu, un frère changé en hermine, une cité enchantée, et surtout, une fuite éperdue devant la plus terrible des sœurs morganes...

L’histoire:

            Pourchassée par ses sœurs désireuses de réunir les trois morceaux du triskell sacré au risque de bouleverser l’ordre du monde, Aveline, morigane maîtresse des vents, échoue dans un orphelinat, où elle expire peu après entre les bras de Gwenaëlle. Celle-ci n’a pas le temps de se remettre de cette disparition ni de se pencher sur le joyau remis par la fée mourante, qu’elle est adoptée par les Kernardier, un couple de ramasseurs de goémon. Tandis que la jeune fille vaque aux nombreuses corvées que lui confient ses irascibles parents adoptifs, un nouveau drame a lieu dans la Cité des Mers. Non contente d’avoir éliminé Aveline, Maenne, reine tellurique, capture Ahès, son ancienne complice, s’empare de sa deuxième partie du triskell, et envoie son bras droit, Man Ruz, à la recherche du dernier fragment. Celui-ci ne tarde pas à en retrouver la trace et entreprend d’amener Gwenaëlle à le lui livrer. Mais l’orpheline entend respecter la promesse faite à sa camarade mourante et s’apprête à lutter contre Maenne et ses sbires.

Mon avis:

J’ai adoré!!!! Pas tellement étonnant quand on voit cette couverture avec des fées sur fond celtique!!! Et quand on sait que la scénariste est Audrey Alwett, on s’attend à une histoire de qualité!! 
Le folklore celtico-breton s’inscrit dans un grand nombre de titres proposés par les éditions Soleil. C’est donc sans surprise que celle-ci publie une nouvelle série s’inspirant de cet univers, dont elle reprend l’un des symboles, le triskell.
Le cadre et les personnages se mettent rapidement en place et l’histoire évolue ainsi assez rapidement. On se laisse porté par le scénario même si l’on retrouve beaucoup de choses classiques, telles que la base des trois soeurs ayant chacune un pouvoir particulier (qui n’est évidemment pas sans rappeler Charmed et les soeurs Halliwell, puisque l’on retrouve en plus leur symbole, le triquetra) ou encore l’orpheline adoptée par des Ténardier qui se retrouve à faire la Cosette et élevé ses petits frères et soeurs. Le crêpage de chignon entre les deux morganes survivantes est également attendu, puisqu’il est évident dès les premières pages qu’une seule peut régner sans partage et que toute alliance ne peut être qu’éphémère. Mais ces évènements passent rapidement et servent en fait de tremplin à d’autres péripéties qui nous amène à un final plutôt inattendu.

En bref:

            Un tome de présentation dont le scénario, qui regorge d’aspects classiques, évolue assez rapidement et qui nous montre suffisamment de choses pour que l’on se rende compte de l’enjeu de l’intrigue, à savoir l’équilibre entre le monde féerique et le monde des hommes qui est à maintenir.

Autour du livre:
  • Tome 2: La cité des vents
  • Tome 3: Le Cornu de Brocéliande
  • Tome 4: Guerre et fées
  • Livre emprunté à la bibliothèque