Mes derniers avis romans:



samedi 30 avril 2016

Le bleu est une couleur chaude (Julie Maroh)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Glénat (30 Mars 2010)
152 pages
ISBN-10: 272346783X
ISBN-13: 978-2723467834
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 26 Avril 2016
Ma note: 16/20
Adaptation: La Vie d’Adèle (2013) 




Résumé/4ème de couverture:

La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir et lui permettra d’affronter le regard des autres. Un récit tendre et sensible.

L’histoire:

Clémentine, 17 ans, lycéenne, commence à écrire un journal intime. Un jour, elle aperçoit une fille aux cheveux bleus, Emma.  Et là, son cœur s’emballe. Serait-ce le coup de foudre ? Impossible ! Emma est une fille ! Notre héroïne est en pleine interrogation. Pourtant, la jeune femme qui hante ses rêves, va devenir sa petite amie avec qui elle va vivre une passion amoureuse en dépit des préjugés et du conformisme. Un one-shot fleur-bleue qui traite de façon romantique le thème de l'homosexualité féminine et ses tabous.

Mon avis...:

… Général:

J’ai emprunté cette bande dessinée à la bibliothèque car je me rappelais qu’elle faisait partie du top 100 Livraddict (et donc du Big Challenge Livraddict 2016), sans avoir la moindre idée de ce qu’elle racontait!

Avant de commencer la lecture, j’ai effectué quelques petites recherches, histoire d’ans avoir quand même un peu plus. J’ai ainsi pu constater qu’il s’agissait de la bande dessinée pour laquelle le film « La vie d’Adèle » a été adapté. Et oui, je suis encore et toujours un peu en retard sur certaines infos, d’autant plus que je n’ai pas vu le film (n’étant pas du tout fan des films français quel qu’ils soient…à de rares exceptions prés toutefois!)

C’est donc (presque) toute innocente que je débute cette lecture, même si je dois avouer que je pars avec l’a priori que cette histoire est largement susceptible de passer à côté malgré ses très bonnes notes et critiques!

Au final, verdict: tout d’abord le scénario est très bien ficelé. Et je parle de scénario en pesant ce mot, car même si au moment de l’écriture de cette bande dessinée, l’auteure n’avait pas nécessairement l’idée qu’elle puisse être adaptée au cinéma un jour, on retrouve au début un synopsis, puis des flashbacks formant l’histoire et une vrai et belle fin pour conclure. Tout est déjà réuni pour la base d’un film, pour lequel je comprend beaucoup, beaucoup, beaucoup mieux pourquoi on en a tellement parlé et pourquoi il a été le gagnant de la Palme d’Or à Cannes!

… Sur les personnages:

  • Clémentine: jeune adolescente en quête d’identité et de repères, elle passe par beaucoup d’émotions et de questions soulevés par la rencontre et l’attirance vers Emma. Refus d’accepter, peur du rejet, perte de repères, honte, culpabilité, regard hostile des autres, poids de la morale et de la société, reconstruction, prise de conscience, épanouissement, trahison : les émotions et les sentiments qui l’habitent sont très bien rendus, tant au niveau du texte que du dessin.
  • Emma: jeune étudiante aux Beaux-Arts, elle assume (et sa famille aussi) depuis longtemps son homosexualité. La relation qu’elle entretient avec Clémentine s’étend au-delà de l’intime et de l’amour. Emma va en effet devenir le « mentor » de Clémentine concernant les sentiments et l’acceptation. Elle rêve également de normalité dans sa relation avec Clémentine avec une totale transparence sans cachotteries.


Point de vue - Critiques:

Quand j’ai pris connaissance du sujet de l’histoire avant de commencer à lire, je mettais dis aussi que ça aller peut-être être un peu trop crash ou au contraire trop mielleux car s’adressant en priorité à un jeune public. Et au final, le thème de l’homosexualité féminine est abordée juste au milieu, avec juste ce qu’il faut de passion et de romantisme!! Ces deux aspects sont évoqués avec un réel et agréable équilibre. 
Le fait de traiter ce thème, qui peut s’avérer difficile, avec une telle subtilité et une telle justesse m’a fait penser que l’auteure était quelqu’un de très mature.

Du point de vue des dessins, la première chose qui m’a frappée dés les premières vignettes, c’est à quel point les émotions sont visibles sur les personnages. Elles sont justes et fortes
Le seul petit point négatif que j’ai pu noter, c’est lorsques les personnages sont notamment en arrière plan, les traits de dessins manquaient de détails qui font que parfois je n’arrivais pas à reconnaître le personnage. 

L’utilisation des couleurs dans ce roman graphique (ou bande-dessinée? je ne sais pas trop la différence) est particulière et touchante: on retrouve des nuances pastels dans les scènes du présent. Mais dans l’histoire en flash-backs on retrouve ces touches de bleu, notamment dans les cheveux et les yeux d’Emma, qui représentent l’espoir aux yeux de Clémentine. Le bleu devient vite la couleur ultime, la couleur de l'amour, une couleur sexy: chaude.

Je pense ne pas voir le film par la suite. En effet, j’ai trop peur d’être déçue, je préfère rester sur cette belle note livresque. D’autant plus, qu’en lisant d’autres chroniques, beaucoup de personnes ayant le film disent qu’il se situe peut-être un peu plus dans le crash, moins dans la romance et dans les remises en questions que peuvent susciter l’homosexualité, bref un film qui manquerait de profondeur...


En bref:

C’est une BD intelligente, qui parle avant tout d’amour, sans tabou, en mettant à mal les préjugés agrémentée de phrases poignantes et de dessins  où jaillissent les émotions. L’histoire, qui met en avant les interrogations et les doutes nous prouve que l’amour n’a pas de frontières...

Autour du livre:

  • Abdellatif Kechiche l'a adaptée pour le cinéma en 2013 sous le titre La Vie d'Adèle, film qui a reçu la Palme d'or au Festival de Cannes 2013 avec Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos 
  • Prix du Public Fnac-SNCF au Festival d'Angoulême 2011
  • Prix Jeune Auteur au Salon de la BD et des Arts Graphiques de Roubaix 2010
  • Ce livre rentre dans le challenge « Big Challenge Livraddict 2016 » 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire