Mes derniers avis romans:



lundi 17 octobre 2016

Les contes du Korrigan, tome 9: La colline d'Ahna




Scénario: Ronan Le Breton, Thomas Mosdi
Illustrations: Alberto Jimenez Alburquerque, Stéphane Créty, H.Tonton
Nationalité des auteurs: Françaises
Editions Soleil Productions (13 Mars 2008)
Collection Soleil Celtic
48 pages
ISBN-10: 2302002180
ISBN-13: 978-2302002180
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 03 Octobre 2016
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

            Il s'en est passé du temps. Plusieurs années qu'on ne l'avait pas vu. Il en sait des choses. Il en a vécu. Des bonnes et des mauvaises. Il a beaucoup voyagé. Il a beaucoup appris aussi. Koc'h, le Korrigan... Nous l'attendons. Réunis autour du grand feu. Comme autrefois. Ko'ch le conteur... Nous l'attendons. En cette veillée du Nouvel An. En cette nuit de la Samhain...

L’histoire:

Au pays des fées, Koc’h le Korrigan est ardemment attendu. Le conteur de la veillée du nouvel an arrive enfin pour le plus grand bonheur de tous. Trois contes sont au programme lors de cette nuit:

   « Le mauvais oeil »: A Dinan, Madalen est pauvre et discrète. Malgré cela, elle est décriée et rejetée par la population qui voie en elle une sorcière. Et encore plus lorsqu’elle est involontairement victime d’une fée, faisant d’elle le « mauvais oeil ». Croyant trouver la paix chez la fée qui lui a tendu la main, elle est finalement trahie.

   « La teigne de Saint-Malo » : Un petit korrigan est un jour capturé par une fillette. Une dure et méchante fillette. Mais en découvrant la véritable nature et vie de cette fillette, la situation va s’inverser. La fillette sera élevée parmi les Korrigans et deviendra une belle et gentille jeune femme. 

   « Le violon de Paotred Ar Sabat »: Par une nuit, le jeune Goulven tombe sur les garçons du Sabbat et l’invite à participer à leur petite fête. Et même à participer activement en faisant de Goulven un vrai petit violoncelliste grâce un violon qui se relèvera magique. Mais si dans un premier temps, Goulven s’amusera de l’enchantement du violon, il pourrait aussi lui jouer des tours.
           
Mon avis:

C’est en écrivant cette chronique, que je me suis rendue compte que j’avais sautée le tome 8. Je comprends mieux maintenant pourquoi je n’ai pas vu de transition entre ce tome et le dernier lu… 
Peut-être le tome 8 répondra à mes doutes, mais j’ai trouvé dans ce tome que toutes les introductions des contes de Koc’h ainsi que sa façon de parler, « bizarres »…

Pour une fois, peut-être est-ce moi ou peut-être étais-ce la « réponse » à trouver, mais j’ai trouvé un dénominateur commun aux trois contes. Une sorte de morale, à savoir que rien n’est impossible ni irréversible. Ainsi, tout être a le pouvoir de changer.

J’ai particulièrement aimé l’histoire de la teigne qui est très dure et terriblement touchante. Elle m’a également beaucoup surprise. En revanche, les deux autres histoires sont plus fades et n’ont pas de véritable fin.

En bref:

Un tome où l’on retrouve peu les Korrigans et notre habituel petit Koc’h avec trois contes peu marquants mais qui laissent tous un seule et même morale à la fin.

Autour du livre:

   tome 1: les trésors enfouis (chronique à retrouver ici)
   tome 2: les mille visages du Diable (chronique à retrouver ici)
   tome 3: les fleurs d'écume (chronique à retrouver ici)
   tome 4: la pierre de justice (chronique à retrouver ici)
   tome 5: l’île d’émeraude (chronique à retrouver ici)
   tome 6: au pays des highlands (chronique à retrouver ici)
   tome 7: l’assemblée des bardes (chronique à retrouver ici)
   livre emprunté à la bibliothèque


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire