jeudi 30 juin 2016

Le chant du Troll (Pierre Bottero)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Rageot (20 Octobre 2010)
187 pages
ISBN-10: 2700234065
ISBN-13: 978-2700234060
Genre: Beaux Livres
Lu le: 28 Juin 2016
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

- Psssst ! Est-ce que tu es prête ?
- Je ne sais pas de quoi tu parles. Prête pour quoi ?
- Le basculement a débuté...

L’histoire :

            Léna est une petite fille à qui personne ne marque ni ne remarque sa présence. Même ses parents sont peu disponibles: son père préfère resté cloitré chez lui à son écran d’ordinateur afin d’écrire son roman, chose que sa mère préfère fuir. Un jour où elle se rend seule à l’école, elle remarque que le ciel a d’étranges couleurs. Dans le même temps, sa ville est progressivement envahie et transformée par la végétation venue du monde des Imaginaires. Des meutes d’animaux plus terrifiants les uns que les autres apparaissent, tout comme d’étranges et merveilleuses créatures. Léna va bientôt apprendre qu’un « basculement » est en train de se produire: les forces du bien se préparent à affronter celles du mal dont la chef de file est malheureusement bien connue de Léna...



Mon avis...:

… Général:

Quelle surprise ce livre!!!! J’ai été surprise tout d’abord par le livre en lui-même: à la fois « artbook », texte illustré et beau livre, difficile de terminer le genre. On retrouve une histoire typographiée dans le style de conte, agrémentée de dessins plus ou moins grands. Je ne pensais pas aussi que ce livre contenait « autant » de pages. Ensuite, j’ai été surprise par rapport au titre. Il faut dire avant que je ne m’étais absolument pas renseignée sur l’histoire racontée dans ce livre. Je m’attendais donc par rapport au titre, à une histoire purement fantastique entre peuples elfes, nains et trolls. Et finalement, la surprise est venue dés le début du livre où je découvre un monde réel avec une petite fille comme héroïne. Enfin, ma plus grande surprise fut le message et le thème « caché » que l’on découvre en découvrant le nom de la méchante à vaincre (je ne vous dirais pas ce nom afin justement de vous gardez la surprise). Et en plus, en découvrant ce nom, j’ai mis un petit moment à faire le lien ("ha mais oui!!! XXXa veut dire XXX!!! »)

Mon ressenti final est que c’est un beau livre, très recherché dans l’histoire et très travaillé dans les ressentis. Je pense que c’est une formidable histoire à faire découvrir aux enfants pour leur apprendre et les sensibiliser à la maladie.



… Sur les personnages:
  • Léna: au-delà de ce que cette petite fille doit vaincre, elle m’a beaucoup touchée. En effet, dans son quotidien, elle est transparente. Lorsqu’elle ose enfin parler, dire seulement quelques mots, personne n’y prête attention! Dans ces cas-là, comment une petit fille timide et réservée, peut prendre confiance en elle? Et que dire de ses parents qui la délaissent totalement? La mère part du domicile, laissant Léna se débrouiller seule: les repars, le coucher, aller à l’école… J’avais tellement envie de la réconforter!!! Mais évidement, lorsque l’on découvre « le poteau rose » tout s’explique!!! 


Point de vue - Critiques:

L’histoire recèle d’une multitude d’aspects. C’est un roman haletant, une fiction dans une fiction, le cri d’amour d’un père pour sa fille. C’est aussi une formidable réflexion sur le pouvoir de la littérature: elle est capable de créer des mondes permettant de se sortir du réel, de consoler et de panser des blessures au-delà de la mort. 

Concernant les illustrations, je les ai trouvé moyennement belles. J’ai trouvé certains dessins trés beaux, notamment ceux qui ont pour traits les personnages, lorsque ces derniers sont représentés isolés. Mais lorsqu’il s’agissait des paysages beaucoup plus grands, avec ou non des créatures, j’ai les ai trouvé un petit peu moins travaillé… J’ai trouvé dommage aussi de voir des espaces/barres blancs dans les illustrations...


En bref:

Ce livre très recherché est riche en surprises et cet objet lourd en mains l’est autant que de sens. Sain, subtil et fascinant.

Autour du livre:

  • L’auteur: Pierre Bottero est un écrivain français originaire de Barcelonette, dans les Alpes, né en 1964 et décédé en 2009 d'un accident de moto. Pendant longtemps, il a exercé le métier d’instituteur. Grand amateur de littérature fantastique, convaincu du pouvoir de l’Imagination et des Mots, il a toujours rêvé d’univers différents, de dragons et de magie. Il est l'auteur de plusieurs livres jeunesse dont les deux trilogies d'Ewilan (La Quête d'Ewilan et Les Mondes d'Ewilan) ainsi que la trilogie Le Pacte des marchombres qui ont eu énormément de succès. 
  • Fait parti du Big Challenge Livraddict 2016
  • Livre emprunté à la bibliothèque
Bilan de JUIN: 10 romans +  19 BD



Romans:
  • Nos adorables belles-filles (Aurélie Valognes)
  • Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre (Ruta Sepetys)
  • Instinct de survie (Pierre Picca)
  • Alice au pays des merveilles (Lewis Carroll)
  • Wonder (R.J Palacio)
  • Le magicien d’Oz (F.L Baum)
  • Marie d’en haut (Agnès Ledig) 
  • Peter Pan (James Barrie)
  • Un éléphant dans ma salle d’attente (Florence Ollivet-Courtois) 
  • A tout jamais (Nicholas Sparks) 

Bandes dessinées:
  • Les Colombes du Roi-Soleil tome 3 : Charlotte, la rebelle
  • Les Carnets de Cerise, tome 4 : La déesse sans visage
  • Les contes du Korrigan, tome 5 : l’île d’Emeraude
  • Les contes du Korrigan, tome 6 : Au pays des Highlands
  • Schtroumpferies n°2
  • Les Schtroumpfs n°1 : Les Schtroumpfs noirs
  • Les Schtroumpfs n°5 : Les Schtroumpfs et le cracoucass
  • Les Schtroumpfs n°25 : Un enfant chez les Sctroumpfs
  • Alisik, tome 1 : Automne
  • Alisik, tome 2 : Hiver
  • Alisik, tome 3 : Printemps
  • Alisik, tome 4 : La mort
  • Les contes du boudoir hanté, tome 1
  • Wika, tome 1 
  • Histoires de France, tome 1 : François 1er et le Connétable de Bourbon
  • Princesse Sara, tome 1 : Pour une mine de diamants

Autres:
  • Les amants papillons
  • L’enfant silence
  • Le chant du troll


Challenges:

Big Challenge Livraddict 2016: 8/10
50 romans en 2016: 52/50

mercredi 29 juin 2016

Un éléphant dans ma salle d'attente (Florence Ollivet-Courtois)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Belin (12 Mars 2012)
238 pages
ISBN-10: 2701160464
ISBN-13: 978-2701160467
Genre: Témoignage
Lu le: 26 Juin 2016
Ma note: 19/20




Résumé/4ème de couverture:

L'éléphant n'arrive pas à se relever ? Les lionnes se sont échappées ? L'aigle des steppes s'est mis à boiter ? Le guépard a l'air bizarre ? C’est Florence Ollivet-Courtois qu'on appelle.
Seule vétérinaire libérale en France à exercer exclusivement sur la faune sauvage et les animaux de parcs zoologiques, elle a entre autres imaginé une technique insolite pour faire une prise de sang à un mâle otarie de quatre cents kilos, convaincu une femelle chimpanzé diabétique de prendre chaque jour son insuline et fait faire ses premiers pas à un éléphanteau nouveau-né. D'une robustesse de Daktari quand il faut déménager un rhinocéros, Florence joue aussi les Dr House quand il s'agit d'élucider le mystère du panda roux aux mains enflées, ou autre énigme médicale dont la faune sauvage a le secret.
Cette femme de science et d'action est mue par le désir de faire avancer la médecine vétérinaire autant que par un profond amour des animaux. À l'heure où les parcs zoologiques et animaliers se rapprochent de plus en plus des conditions naturelles, son témoignage est une plongée passionnante dans les rapports entre l'humain et le sauvage.

L’histoire:

            Florence Ollivet-Courtois est la pionnière, en France, dans les soins spécialisés en faune sauvage. Elle a su faire sa propre expérience avec ces patients si particuliers dés son plus jeune âge, puisque le métier de vétérinaire se transmet depuis trois générations. Elle va nous raconter son début dans le métier, mais aussi et surtout toutes les anecdotes marquantes qu’elle a pu vivre durant sa carrière.

Mon avis...:

Lorsque j’ai vu ce livre à la bibliothèque, le nom de cette vétérinaire ne me disait rien, mais en associant une photo à ce nom, je « voyais » qui c’était. De part mon amour des animaux (sauvage), mon premier désir de devenir éthologue, mon cours parcours de soigneur, ce genre de livre est inconditionnel pour moi!!!
Ce livre est un magnifique témoignage, de part le vécu et la construction du livre, qui a fait que j’ai mis ma meilleure note à ce jour. 

Point de vue - Critiques:

C’est un témoignage infiniment complet. On a tout, tout ce qui fait le quotidien d’un vétérinaire y passe: les débuts (la vocation) et le parcours scolaire et professionnelle, les diagnostics difficiles et les décisions à prendre, les naissances, les pertes, l’utilisation des anesthésiques et médicaments, les risques et accidents du métier, les début du « médical training » et de la contention. 
Tout est fabuleusement bien narré en petites anecdotes qui s’enchaînent selon une bonne logique, puisque Florence nous raconte réellement une histoire. Chaque chapitre aborde un thème particulier, dont le titre met en vedette un animal et le sous-titre nous apporte plus d’explications sur ce qui va suivre. Ce thème va déboucher sur une histoire particulière qui sera entrecoupée d’anecdotes rebondissantes. Cette construction amène un merveilleux rythme, mais le lecteur n’est en aucun cas perdu!!!

La seule petite critique négative que je pourrais émettre, et qui fait que je n’ai pas mis la note de 20, c’est que Florence ne cite à aucun moment, les lieux dans lesquels elle se rend. Pas de nom de villes ni de confrères. Et surtout les parcs, zoos ou structures faisant appels à ses services ne sont pas mentionnés. Dommage!!!

En bref:

Excellent livre dans lequel on retrouve d’innombrables anecdotes sur tout ce qui fait le métier de vétérinaire. Je recommande vivement pour tous les passionnés d’animaux!!!

Autour du livre:

  • livre emprunté à la bibliothèque

mardi 28 juin 2016

Princesse Sara, tome 1: Pour une mine de diamants





Scénario: Audrey Alwett
Dessins: Nora Moretti
Nationalité des auteurs: Française et Italienne
Editions Soleil (27 Avril 2011)
Collection Blackberry
48 pages
ISBN-10: 2302017862
ISBN-13: 978-2302017863
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 26 Juin 2016
Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture:

            Sara a toujours vécu aux Indes, lorsque son père l'envoie parfaire son éducation en Angleterre dans le pensionnat sélect de Miss Minchin. Immensément riche, grâce à une fortune bâtie sur les automates, Sara suscite rapidement amitiés et jalousies. Les haines s'attisent d'autant plus que Sara a pour elle toutes les qualités d'une princesse. Jusqu'au jour où son père décide d'investir sa fortune dans une mystérieuse mine de diamants...

L’histoire:

             Sara est une jeune fille qui a passé toute son enfance aux Indes Britanniques. Mais pour pousser son éducation, son père décide de l’envoyer dans le pensionnat de Miss Minchin. Elle y aura droit à quelques passe-droits. En effet, son père tient sa fortune de son propre grand-père qui a créé et développé les automates, ces êtres utilisés par beaucoup dans la vie quotidienne par le biais de personnages ou d’objets. Sara va se faire de nombreuses amies au pensionnait du fait de sa gentillesse. Mais elle va aussi attisée la jalousie du point de vue des grandes personnes. D’autant plus lorsqu’il apparaît que son père vient d’investir dans une mine de diamants aux Indes...



Mon avis:

J’ai été attiré par cette bande-dessinée, que je voyais régulièrement sur Livraddict, de part les dessins de la couverture. On retrouve des dessins simples mais très travaillés, dans le style « vrais » et « anciens » dessins animés, du style Saylor Moon, etc… (les plus jeunes ne verront sans doute pas de quoi je parle…^^). En me renseignant, j’ai appris que l’histoire a été popularisée par son adaptation animée nipponne dans les années 80. Je lis et chronique cette saga sans avoir vu ni entendu parlé au préalable de « Princesse Sarah »...

Il s’agit clairement d’une bande-dessinée jeunesse. L’histoire est axée sur des jeunes filles d’une douzaine d’années, qui est aussi le même public visé. Le scénario est assez simple, mais il m’a quelque peu surprise par certains moments. Il n’y a pas vraiment d’originalité, mais il y a un petit quelque chose de mystérieux, un petit « je-ne-sais-quoi » qui fait que l’histoire peu englobé des adultes, piqués de curiosité.



Points de vue / Critiques:

Les dessins de cette saga sont vraiment beaux. Le trait reste simple, pas de réalisme ou de jeux d’ombre et de lumière, on reste dans le style mangas ou vieux dessins animés, mais les dessins sont ultra travaillés. 
Associées à des couleurs riches et flamboyantes, les illustrations rayonnent. Si l’on s’attarde sur les garde-robes, que ce soit celle de Sara ou des autres personnages, on remarque tout de suite que c’est très étudié et recherché.

L’histoire n’apporte pas beaucoup d’originalité, hormis les automates, mais elle m’a apporté quelques surprises. Notamment dans le personnage de Sara. Dés le début, on voit qu’il s’agit d’une petite fille pourrie gâtée (son père lui offre tout ce qu’elle demande et même plus que ça, elle obtiens des faveurs dans sa chambre à l’orphelinat). Mais ma surprise vient du fait que son caractère est tout autre. On voit que c’est juste une enfant qui ne demande qu’à être avec son père, généreuse, gentille et protectrice. Elle a un côté doux et humble malgré le fait que tout le monde vante abusivement son mérité et ses qualités, notamment en la qualifiant de « princesse ». Elle écrit d’ailleurs une phrase à son père qui reflète parfaitement son côté mature: « il est étrange de constater que les gens montent parfois la moindre de vos actions en épingle, alors qu’en fait, il ne vous aiment pas ».
J’ai également été surprise par les réactions de toutes les autres petites filles, à la vue de la richesse, des passe-droits et de l’attention accrue portée à Sara. En effet, je pense que malheureusement, dans le genre humain vivant dans la réalité, les autres enfants (en particulier dans un cercle exclusivement féminin) auraient jalousés Sara et mise à l’écart. Au contraire, ici toutes veulent être son amie. Monde merveilleux, presque utopique…?

En bref:

            Une bonne bande-dessinée pour les plus jeunes, mais aussi pour les moins jeunes qui ont notamment connus « Princesse Sarah » à la télévision, en dessin-animé, grâce au Club Dorothée. Cette adaptation en bande-dessinée nous offre un beau début de saga, auréolée de magnifiques dessins et colorisations.

Autour du livre:

  • la saga compte actuellement 8 tomes: les 4 premiers tomes forment le premier cycle, les autres formant le deuxième cycle.
  • adapté du roman « La petite princesse" de Frances Hudgson Burnett
  • Fait parti du Big Challenge Livraddict 2016
  • livre emprunté à la bibliothèque