mercredi 28 septembre 2016

La maison aux 100 portes, tome 1: La dame aux chiens





Auteur: Isabelle Dethan
Nationalité de l’auteur: Française
Editions Delcourt (17 Mai 2006)
48 pages
ISBN-10: 2847894713
ISBN-13: 978-2847894714
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 27 Septembre 2016
Ma note: 17/20





Résumé/4ème de couverture:

Nous étions bien. Aucun d'entre nous ne voulait aller gratter derrière ce décor agréable. C'est par une belle nuit d'automne, vers une heure du matin, que nous avons enfin su à quoi servait la petite porte... Et que nous avons commencé à gratter.

L’histoire:

            Théodora Grange est une étudiante qui vient d’héritier d’une très grande maison. Malgré la présence de Constanza qui officie en cuisine, la maison reste immense. Elle invite donc d’autres jeunes gens à partager cette demeure pour un faible loyer, à savoir Lorenzo et Claire, sa meilleure amie. Ils découvrent rapidement une mystérieuse porte sans poignée devant laquelle sont toujours brûlées des herbes pour la garder constamment fermée. Mais un jour, Salem, un inconnu venu de nul part, surgit de la porte pour leur demander asile. Qui est-il? Et que dire de Constanza qui semble en savoir plus que ce qu’elle n’en dit? Sans compter sur les meurtres qui ont lieu durant la pleine lune, l’atmosphère est remplie de mystères autour de cette maison.

Mon avis:

            J’ai beaucoup hésité à prendre cette bande-dessinée et verdict: j’ai bien fait!!! C’est avant tout pour l’histoire que cette BD m’a beaucoup plu, car on ne peut pas dire qu’elle soit portée par les dessins. 

L’histoire est claire et posée, et une partie des mystères sont révélés dans ce tome, tout en donnant un petit fil rouge pour la suite de la série. J’ai aimé le fait que l’histoire reste dans le cadre de la maison, qu’elle s’y déroule du début à la fin. Ainsi, le lecteur n’est pas déboussolé: pas besoin de dissocier son esprit ailleurs lorsqu’un changement d’angle de l’histoire et/ou un changement de décor s’opère. De plus, cela permet de passer rapidement sur les bases de l’histoire, on ne perd pas de temps et on se plonge directement dans le mystère. 

Concernant les dessins, les traits sont stylisés. Pas de précision, pas ou peu de décors, à l’image de la couverture de l’album. Ainsi l’accent est mis sur les personnages et l’histoire en elle-même.

En bref:

            Une histoire qui n’est pas forcément complexe mais qui fait du bien et qui est plaisante par sa simplicité, qui mêle du mystère et de la magie à la sauce « Charmed ». L’auteure a entrebâillé la porte de mon intérêt sur cette série. Je reviendrais donc y refaire un tour pour voir ce qui se cache d’autre derrière.

Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque
  • Tome 2: Celle qui dort à nos pieds
  • Tome 3: Lili



Le garçon en pyjama rayé (John Boyne)




Titre original: The boy in the striped pajamas
Traduction: Catherine Gibert
Nationalité de l’auteur: Irlandaise
Editions Folio Junior (23 Août 2007)
202 pages
ISBN-10: 2070612988
ISBN-13: 978-2070612987
Genre: Jeunesse
Lu le: 19 Septembre 2016
Ma note: 18/20
Adaptation au cinéma en 2012 Asa Butterfield et Vera Farmiga


Résumé/4ème de couverture:

            Vous ne trouverez pas ici le résumé de ce livre car il est important de le découvrir sans savoir de quoi il parle. On dira simplement qu'il s'agit de l'histoire du jeune Bruno que sa curiosité va mener à une rencontre de l'autre côté d'une étrange barrière. Une de ces barrières qui séparent les hommes et qui ne devraient pas exister.

L’histoire:

            Bruno est un petit garçon qui vit tranquillement dans sa grande et belle maison à Berlin avec toute sa famille, son père, sa mère et sa grande soeur. Mais sa vie va changer à partir le jour où le Fourreur va venir dîner chez eux. En effet, le père de Bruno fait parti de l’armée du dictateur et il se voit proposer une « promotion ». Toute la famille doit alors quitter Berlin et s’installer à Hoche-Vite dans une maison qui se trouve face à une immense barrière. Et dans ce nouvel environnement, Bruno s’ennuie très vite. Un jour, au cours d’une exploration, Bruno tombe nez à nez avec un autres petit garçon de son âge, Shmuel… mais qui se situe de l’autre côté de cet étrange grillage. Qui est-il et quel est cet endroit?

Mon avis...:

… Général:

            Je ne connaissais pas du tout ce livre avant de l’avoir vu passé entre les mains de Florence. Et toujours sous son influence et grâce à elle (merci Flo!!!!) je me le suis procuré, étant toujours avide de découvrir des histoires relatives à cette période historique.
J’ai vraiment beaucoup aimé ce petit livre jeunesse. Le point de vue (et surtout l’ignorance) d’un enfant au sujet de la Seconde Guerre Mondiale qui se déroule autour de lui est tout à fait singulier et hors du commun. Je me suis laissé portée par le quotidien de Bruno à tel point que je ne voyais pas du tout comment aller se terminer son histoire. Et l’auteur a continué dans l’originalité pour achever le livre…

… Sur les personnages:

            Outre les deux petits garçons, les autres personnages du livre correspondent aux membres de la famille de Bruno. Ces personnages ne sont pas amplement détaillés, pour ne pas s’éloigner du point de vue principal de Bruno, mais sa famille est complète et classique. Le père est un tyran qui ne jure que par le Fourreur, la mère est une femme qui s'est fait une raison et qui suit son mari malgré son abomination qu'elle ressent vis à vis du travail de celui-ci et Gretel est une sœur casse-pied et arrogante.

Point de vue - Critiques:

Le plus intéressant dans ce livre c’est le parti pris de l’auteur qui nous montre un pan de la guerre au travers du regard innocent d'un enfant de 9 ans qui s'interroge beaucoup. C’est extrêmement original et tellement « plaisant » (et rassurant?) de voir la naïveté d’un petit garçon au coeur de la guerre. Et l’on peut tout de suite se dire: oui Bruno est naïf par rapport à ce qui se passe autour de lui car il est du « bon côté » de la guerre et du grillage, mais non, l’auteur nous fait part également de la vision d’un enfant Juif situé du « mauvais côté » en la personne de Shmuel.

Ce livre est classé dans le genre « Jeunesse ». Et ce point-là est resté dans ma tête pas loin, durant ma lecture. Il est vrai que le style d’écriture n’est pas très poussé et qu’il convient parfaitement à un jeune public. En revanche, je m’interroge quant à la compréhension. Un enfant saura-t-il comprendre ce qui se cache derrière les mots « fourreur » et « Hoche-Vite »? Où même clairement comprendre la fin (ce qu’il advient de Bruno et de Shmuel)? Je pense donc que ce livre n’est pas fait pour un jeune public, mais plutôt pour un public de jeunes adolescents qui seront plus à même de saisir les références historiques. 

En bref:

    Un « joli » petit livre à découvrir pour son originalité et sa singularité afin de connaître la vision d’un petit garçon au coeur de la Seconde Guerre Mondiale. Naïveté et émotion sont au rendez-vous.

Autour du livre:


  • Film: Adaptation au cinéma par Mark Herman, sorti le 10 Janvier 2012 avec Asa Butterfield dans le rôle de Bruno et Jack Scanlon dans le rôle de Shmuel.

dimanche 25 septembre 2016

Le Cercle, tome 2: Reminiscence





Scénario: Andoryss
Illustrations: Nesskain
Nationalité des auteurs: Française
Editions Delcourt (5 Juin 2013)
88 pages
ISBN-13: 9782756033549
Genre: Comics
Lu le: 23 Septembre 2016
Ma note: 15/20





Résumé/4ème de couverture:

Certaines personnes viennent au monde avec des pouvoirs. Certains les assument et s’en servent, d’autres préfèrent les cacher… La plupart veulent juste avoir une vie normale. Ils ne sont pas invulnérables. Ils ne se sentent pas super-héroïques. Ce sont des gens presque ordinaires. Ils se connaissent entre eux, ils s’épaulent, ils se comprennent. Ils forment le cercle. Et quelqu’un a décidé de les tuer. Tous.

L’histoire:

            Comme Pia semble être la prochaine victime du Magnolia, les siens s'organisent pour qu'elle reste en sécurité. Mais le Cercle n'est pas le seul à se mettre en mouvement : le Magnolia aussi a décidé qu'il était temps de passer à l'action. Il rend visite à Pia dans ses rêves pour tester la limite de ses pouvoirs, bien décidé à l'entraîner dans le vide, et à ne jamais la laisser en repartir...

Mon avis:

            Dés le début, j’ai beaucoup aimé avoir un vrai résumé des personnages et de l’histoire du premier tome. Cela permet vraiment de rentrer dans ce deuxième tome avec toutes les idées en place en tête!

J’ai plutôt bien aimé ce deuxième tome qui contient des révélations comme celle de l’entité meurtrière et de la véritable nature et origines de Loreleï. On a vraiment l’impression d’avancer dans l’intrigue. Néanmoins, la façon dont ces révélations sont données ne sont pas faites de façon rythmique puisque on retrouve une prédominance de voix-off donnant une impression d’avoir une narration un peu poussive sans grand rapport avec les dessins.

Malgré cela et la relative complexité de l’histoire, les auteurs parviennent à dévoiler le tout de manière assez compréhensible, ce qui est très plaisant! Et la présence de mystérieux hommes en noir et l’introduction d’un nouveau personnage (Paul) contribuent à garder le lecteur dans l’intrigue.

En bref:
           
         Un deuxième tome où quelques révélations sont faites, les auteurs dévoilent une partie du mystère malgré une narration un peu poussive et introduisent suffisamment d’éléments pour éveiller l’intrigue du lecteur afin de le mener vers le dernier tome de la série.

Autour du livre:

Tome 1: Your true colors (<— chronique à retrouver ici)
Tome 3: Hybridation

Livre emprunté à la bibliothèque