Mes derniers avis romans:

dimanche 8 janvier 2017

Théoc' Cyclone (Julien Martin et Dial Blitzness)







Nationalité des auteurs: Française
Editions Amazon (2016)
280 pages
ISBN-10: B01MSFLKRE
Genre: Fantasy
Lu le: 13 Décembre 2016
Ma note: 13/20





Résumé/4ème de couverture:

            Qu'est-ce que donnerait un monde fantaisiste et magique où les lois peuvent être façonnées par chacun d'entre nous, aussi injustes et absurdes soient-elles ? Et quelles-en seraient les conséquences ? En voici un exemple, à travers l'aventure d'un mage météorologue qui se démène pour prouver que les dieux existent, afin de rentrer chez lui. Venez découvrir à travers ses yeux un univers lyrique riche, changeant, coloré et gouverné par l'imaginaire.

Mon avis…:

…Général:

En premier lieu, je tiens à remercier chaleureusement les auteurs Julien Martin et Dial Blitzness pour m’avoir contactée afin que je lise et chronique leur livre et pour l’envoi papier de celui-ci. La couverture me plaisait beaucoup et le résumé était assez intriguant et bien ancré dans la fantasy.
La lecture n’a pas été très fluide mais je n’ai pas eu pour autant, de difficultés, et je résumerais cette lecture de lecture moyenne. J’ai trouvé les idées et les bases très intéressantes (et pour le coup pas assez développées dans ce sens à mon goût), mais il y a quelques « coquilles » qui m’ont vraiment déplues et qui ont entachées ma lecture.

… Sur les personnages:

Les personnages sont (trop) peu nombreux dans ce livre. Cela se fait d’ailleurs ressentir au début du livre, avec le personnage principal Holocaust, qui entend et parle avec les deux petites voix dans sa tête nommées Fleur et Fureur, idéaux du Bien et du Mal… Et dés lors que le singe Ouisticroc prend plus d’ampleur et que Félicia entre dans sa vie, les deux petites voix disparaissent complètement prouvant leur quasi inutilité.

Holocaust: personnage principal, son nom vient du fait qu’il soit un banni astral devenu ombral. On peut dire que je ne me suis pas du tout attachée à ce personnage qui a tout de la personne antipathique: méchant, limite sociopathe, misogyne, vulgaire et grossier. Heureusement que les présences de Ouisticroc et de Félicia autour de lui vont l’adoucir!

Les personnages de Ouisticroc et Félicie ne sont pas assez développés à mon goût. Ils sont pour moi le plus intéressants mais aussi et surtout les plus mystérieux: d’où viennent-ils exactement? que font-ils sur cette île?

Points de vue/Critiques:

J’ai beaucoup aimé dans ce livre tout le contexte et les bases fantaisistes. Le fait qu’Holocaust soit en quête d’une preuve pour pouvoir rentrer chez lui et rétablir la vérité, les ombraux avec toute leur singularité et les différents mondes et sous-monde. D’ailleurs, pour ceux deux derniers paramètres, j’aurais aimé avoir tellement plus d’explications pour avoir clairement les choses en tête et pour pouvoir mieux s’immerger dans cette fantasy. 
Mais ce que j’ai préféré, c’est la magie et les pouvoirs que possèdent les personnages. Mais qui sont encore une fois, trop peu exploités, expliqués et mis en oeuvre. Plus de combats ou de batailles entre personnages se lançant et se renvoyant des sorts selon leur niveau différent…

En revanche, une partie qui m’a semblé répétitive et longue (peut-être aussi parce que je n’y voyais rien et que je me suis un peu ennuyée à ce moment-là), c’est quand Holocaust plonge dans le système informatique, s’y promène et se bat littéralement contre le réseau… (si j’ai bien compris). Tout cela est beaucoup trop irréel, absurde et geek pour moi! D’autant plus que lors de ces passages, les auteurs nous ponctuent le texte de mots plus « savants » (antagoniste, mâle dominant) qu’ils aiment répétés. Néanmoins, pour des geeks amateurs de littérature, je recommande vivement ce livre qui seront au coeur de leur univers de prédilection!

Enfin, de nombreuses petites coquilles m’ont vraiment gênée voire énervée. On retrouve par exemple, les clichés d’un corps abattu et découpé en morceaux par la seule force de la main et d’un petit mentor en kimono à l’accent italien caricatural (on aurait pas trop vu Star Wars?). On a également quelques illogismes notamment quand Holocaust raconte un de ses rêves alors qu’il dit qu’il ne s’en souviendra pas au réveil, ou alors quand il passe presque instantanément de la haine à l’amour envers Félicie en seulement 5 ou 6 lignes…
Enfin, un certain langage familier et enfantin apparaissant çà et là m’ont troublée avec des mots comme « rigolote », « vilain pas beau », « vide », ou « putain » qui entachent la lecture.

En bref:

            Une lecture moyenne dans laquelle j’ai aimé les bases magiques et fantaisistes qui sont au final pas assez développées à mon goût mais qui raviera sans doute plus les personnes amatrices de jeux vidéos ou les geeks avec cette histoire de pur fantasy. 

Autour du livre:

  • Livre en partenariat avec les auteurs

1 commentaire:

  1. Merci pour la critique, on va améliorer tout ça en fonction, et au plaisir de se revoir (peut être) ! ~Dial

    RépondreSupprimer