Mes derniers avis romans:

mercredi 26 avril 2017

Iris Grace (Arabella Carter-Johnson)




Titre original: Iris Grace
Traduction: Alice Delarbre
Nationalité de l’auteur: Anglaise
Editions Presses de la Cité (23 Mars 2017)
360 pages
ISBN-10: 2258137454
ISBN-13: 978-2258137455
Genre: Psychologie, Témoignage
Lu le: 13 Avril 2017
Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture:

Iris Grace est différente. Depuis sa naissance, enfermée dans son monde, elle ne s'exprime 
qu'avec ses pinceaux. Jusqu'au jour où un chaton entre dans sa vie... Aujourd'hui, cette petite fille autiste communique. Son talent artistique est impressionnant. Son histoire a conquis le monde entier.

L’histoire :

À tous égards, la petite Iris Grace est extraordinaire. Extraordinaire, son regard intense bordé de longs cils. Extraordinaire, l'attention qu'elle porte à la rugosité d'une étoffe, aux lignes de la souche d'un arbre, aux sons d'un instrument. Extraordinaires, sa maîtrise des couleurs et les toiles à la beauté déconcertante – gouttes de pluie sur une mer de vert, forêt de traits, explosion de rouges, d'ocres, de bleus – qu'elle peint au fond de son jardin au coeur des Midlands. Extraordinaire surtout, l'amitié qu'elle a liée avec Thula, un chaton qui l'a libérée de son silence.
Car Iris Grace est atteinte d'autisme. Le bain, le coucher, l'habillage, tous ces moments qui font la joie des jeunes parents et préparent l'enfant à devenir autonome revêtent une signification différente pour Arabella et son époux. Nulle sortie en ville ne peut être envisagée sereinement, nul après-midi au square de jeux. Iris Grace est imprévisible.
Mais, un jour, un chat rejoint cette famille pas comme les autres et en bouleverse l'existence. Entre le chaton amateur de plongeon et la fillette autrefois effrayée par la baignoire, entre le félin capable de veiller des heures auprès de son maître et la petite prodige peignant au milieu des bosquets, l'entente est immédiate. Avec l'animal, Iris Grace apprend à communiquer, prononce ses premières phrases, s'apaise au moment du coucher. Et sa maman, émerveillée, raconte.
Enrichi de photographies qui sont autant de baisers déposés, illustré des tableaux qui ont révélé la fillette au monde entier, ce récit est une histoire d'amour et de courage, et une formidable contribution à la réflexion sur la thérapie et le soin à apporter à ceux qui vivent le monde différemment.

Mon avis…:

En ayant vu ce livre sur Instagram qui allait sortir, il fallait absolument que je demande aux éditions Presses de la Cité s’il voulait bien m’envoyer un service presse pour un partenariat! Je les remercie donc vivement et chaleureusement pour leur accord et pour cet envoi.
Hormis ce titre prometteur et révélateur de mon attrait pour ce genre d’histoires, je ne mettais pas plus pencher sur le synopsis et le livre en lui-même. J’ai donc été très surprise et à la fois émerveillée par le format et la mise en page de ce livre. Et cette bonne mise en bouche s’est poursuivie tout au long de ma lecture qui a été très agréable et dans laquelle on apprend beaucoup de choses en profondeur.

Points de vue/Critiques:

Avant de démarrer la lecture, le livre en lui-même est déjà atypique et très beau. Il est très épais et a une forme carrée. Et puisque les pages sont bien remplies de texte, autant dire que la lecture est dense. Les pages du récit sont également entrecoupées par les nombreuses peintures d’Iris Grâce ainsi que des photos de la petite fille et chaque chapitre se conclue par une sorte de lettre écrite par la maman d’Iris.

A travers son histoire et celle de sa petite fille, Arabella Carter-Johnson entraîne le lecteur dans son intimité et dans sa vie de famille toute entière. Son histoire commence avec la rencontre avec son mari et la volonté de construire une famille. Avec l’arrivée d’Iris Grace, sa mère va nous raconter leur premier combat pour faire diagnostiquer la petite fille et ensuite le combat au quotidien pour faire ouvrir Iris Grace au monde. Tout au longe du livre, on s’intéresse bien évidemment à Iris Grace, mais j’ai beaucoup aimé le fait que Arabella nous raconte aussi tout ce qui se passe autour de la vie de la petite fille, que se soit les vacances, l’organisation des fêtes de familles, les loisirs, l’éducation, les crises, les relations humaines, etc. On entre vraiment dans le côté intimiste de cette petite famille, mais en aucun un sentiment de voyeurisme ne se présente puisque tous ces aspects me semble nécessaire pour réellement bien comprendre tous les impacts de l’autisme.

D’après le titre et la couverture du livre, on s’attend donc à ce que la petite fille va affronter ses symptômes autistiques grâce à un chaton. Et je vais trouver là le seul petit bémol du livre, puisque premièrement l’arrivée de ce chaton s’effectue assez tardivement dans le livre et que deuxièmement, même si ce chaton va aider Iris Grace à s’ouvrir au monde, ce n’est pas réellement lui qui permettra à la petite fille de se dépasser. L’arrivée de ce chaton et donc ce qu’il apportera à Iris Grace n’est pas donc pas vraiment la centre de l’histoire. En effet, avant que le chat n’arrive au sein de la famille, Arabella nous montre rapidement qu’Iris Grace est très attirée, et est très douée, pour tout ce qui est artistique. La musique va dans un premier temps l’aider à se sociabiliser, mais se sera surtout la peinture qui sera révélatrice. Il n’y a quoi voir les tableaux qu’elle crée à l’âge de 3 ans seulement pour se rendre compte de son véritable talent. Une vraie petite Monet en herbe, c’est magnifique et c’est assez bluffant!!!

L’arrivée du chaton dans la vie d’Iris Grace va être elle aussi bluffante. Mais je retiendrais davantage l’attitude et le comportement de ce chat face à la petite fille plutôt que les bénéfices que l’animal aura sur elle. Ce chat est un Main Cooon, considéré comme un chat ayant un caractère facile, notamment avec les enfants, et qui est très attaché à sa famille. Le félin va alors se prendre immédiatement d’affection pour Iris Grace, affection qui sera réciproque. Et j’ai été estomaquée par le comportement du félin. Il reste assis, tranquille prés de la petite fille à la regarder peindre, il est emmené en ballades à vélo, fait du bateau pendant les vacances… Cela doit venir vraiment de la race, puisque l’on a quand même un peu de mal à croire, sans jamais remettre en doute la véracité de l’histoire, que ce chat ne répond pas aux  instincts « normaux » de chat, tels que la chasse, la peur, l’isolation, ou le repos. 

En bref:         

            Encore une très bonne lecture qui met en lumière l’apport et les atouts d’un chat face à l’autisme d’un enfant. Même si dans ce livre, l’arrivée et les bénéfices de ce chat ne me semble pas être clairement le focus de l’histoire, on s’étonne et on s’émerveille de la magnifique relation entre le félin et la petite fille. Arabella Carter-Johnson nous offre ainsi l’histoire complète de sa famille face à l’autisme d’Iris Grace, de façon intimiste, ne se limitant pas seulement à l’arrivée du chaton. 

Autour du livre:      

  • Livre lu en partenariat avec la maison d'édition

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. je te le conseille vraiment, c'est une très BEAU livre c'est plus qu'un "simple" témoignage!

      Supprimer
  2. Quand je l'ai vu en librairie j'ai tout de suite pensé à toi ;)
    Si je le trouve en bibliothèque je l'emprunterais pour voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha tu me connais bien! ;)
      J'étais super contente que les éditions Presses de la cité ont accepté ma demande de partenariat, tu penses!

      Supprimer