lundi 1 mai 2017

La boiteuse (Françoise Grard)




Nationalité de l’auteur: Française
Editions Gulstream (3 Octobre 2016)
Collection Electrogène
245 pages
ISBN-10: 2354883439
ISBN-13: 978-2354883430
Genre: Young Adult
Lu le: 25 Avril 2017
Ma note: 13/20





Résumé/4ème de couverture:

Je n'aurais pu dire pourquoi cette certitude se glissait en moi comme un serpent froid entre mes omoplates. Seulement que je savais que mon salut ne passerait plus par lui ; une évidence monstrueuse qui ne me révoltait même pas. Wilfred ne viendrait plus. 
Trahie par Wilfred, qui l'a abandonnée seule et blessée au milieu des Highlands désertes, Aurore, revenue infirme d'Ecosse, se protège des autres et de l'amour comme elle le peut. La jeune femme se reconstruit à tâtons et étouffe en elle colère et angoisses, bien décidée à ne plus jamais entendre parler de celui qu'elle a tant aimé. Mais à la suite d'étranges révélations et de signes inquiétants, elle doit se résigner, malgré elle, à remonter sa piste. Tandis que le mystère s'épaissit, elle s'aperçoit que, prise au piège des apparences, elle s'est trompée sur lui. Découvrir la vérité sur Wilfred entraînera la jeune fille au coeur de lourds secrets et d'un terrible drame familial.

Mon avis…:

            Hé oui je vais oser faire ce mauvais jeu de mots, mais pour moi ce livre ne casse vraiment pas trois pattes à un canard. Heureusement qu’il n’est pas très long. Je n’ai pas compris physiquement et caractériellement le personnage d’Aurore, la plume ne m’a pas paru très agréable, et l’histoire avance parfois trop vite et s’attarde au contraire parfois à des détails insignifiants.

Points de vue/Critiques:

Le personnage d’Aurore a vécu un enfer au moment où elle a été blessée en Ecosse et délaissée à son sort par son petit ami. C’est le seul passage que j’ai aimé car les émotions décrites et le fait que l’on s’attarde un peu sur ce moment est logique et crucial pour la suite des évènements. A la suite de ça, rien de va plus à mon sens avec le personnage d’Aurore. En effet, elle subit une longue convalescence physique et psychique, mais on passe très rapidement sur cette période qui est pour moi tout aussi importante. Aurore se retrouve à boîter pour le restant de ses jours mais ses ressentis par rapport à sa nouvelle condition sont très occultés au profit de l’enquête qu’elle va mener. 
A côté de cela, l’auteure met l’accent sur certains moments, sur certaines situations précises qui sont superflues et durant lesquelles les sentiments d’Aurore sont alors disséqués comme lorsqu’elle se retrouve enfermée dans sa salle de l’eau et où prend conscience de son carrelage et des gouttes d’eau qui tombent du robinet… Dans ces moments-là, Aurore devient vraiment pénible où elle s’apitoie sur son sort, se plaint sans cesse sans vouloir réellement se bouger les fesses!

Concernant l’enquête qu’Aurore mène sur son ancien petit ami, on veut vraiment qu’elle mette en lumière qui il est vraiment car on ne sait pas quoi penser de ce jeune homme qui semble se complaire de vivre aux crochets des autres, qui garde une grande part de mystères et qui est parfois sincèrement généreux. Ce qu’Aurore trouve sur Wilfried n’a rien de vraiment surprenant, mais la fin s’intensifie beaucoup et monte d’un cran dans le suspense. Cette mise en scène finale est brièvement intense et c’est de bon augure pour conclure le livre.

Beaucoup de thèmes profonds peuvent resurgir de cette lecture comme l’accident, le deuil, la reconstruction, la quête de vérité, la recherche d’un nouvel équilibre. Mais même si je reconnais qu’ils sont là et bien présents, je n’ai pas été du tout touchée. De plus, l’écriture de Françoise Grard est assez particulière et je ne l’ai pas trouvé très fluide. Difficile à décrire mais il y a peu de dialogues pour privilégier je pense, le côté introspection d’Aurore, et au milieu de sa mélancolie et sa tristesse, l’auteure essaie d’insuffler de la poésie. Au lieu de me toucher et d’intensifier les émotions, on tombe pour moi dans le gnangnan et la surenchère. 

En bref:

            Une lecture qui ne m’a vraiment pas emballée et qui m’a laissé de marbre avec une plume qui se veut porteuse des émotions de l’héroïne mais qui dévalorise le tout, un personnage principal, naïve et énervante dont on ne comprend pas toujours les ressentis suivants différentes situations mal décrites et mal équilibrées à mon goût et une enquête très vite conclue.

Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire