dimanche 14 mai 2017

Triskell, tome 2: la cité des vents



Scénario: Audrey Alwett
Illustrations: Rémi Torregrossa
Nationalité des auteurs: Française
Editions Soleil Productions (23 Mars 2011)
Collection Soleil Celtic
48 pages
ISBN-10: 230201507X
ISBN-13: 978-2302015074
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 9 Mai 2017
Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture:

Elles sont trois reines-fées, trois soeurs morganes. Chacune a reçu en héritage un morceau du Triskell légendaire qui symbolise les forces de la Bretagne : Mer, Vent et Terre. Mais dans la quête éternelle du pouvoir, la guerre n’a pas tardé à éclater. Gwen, jeune orpheline, s’est enfuie avec la part des vents. En compagnie de Man Ruz, musicien magique, et de Yannick, son petit frère changé en hermine, elle part à la recherche de la Cité aérienne qui lui permettrait de combattre Maenne, redoutable fée morgane. C’est aussi pour affronter cette dernière, qu’Ahès, l’aînée des soeurs morganes s’allie au peuple des sirènes. L’affrontement semble maintenant inéluctable. Pourtant, si le Triskell était réuni les conséquences seraient terribles... L’Ankou dispose des clés qui permettraient à Gwen de s’en sortir, mais le prix qu’il demande est si élevé... Et surtout, est-il prudent de faire confiance à la mort ?

Mon avis:

Avec un départ tonitruant et envoutant grâce au premier tome où l’on était plongé dans une histoire mêlant la série « Charmed » aux contes celtiques Bretons, ce deuxième tome peine à trouver son souffle et son but.

De petits rappels et de petites allusions nous sont donnés en résumé de 4ème de couverture et en début d’histoire pour nous restituer ce qu’il s’était passé lors du premier tome (il s’’en était passé des choses!). Je me rappelais de tous les faits, en revanche, j’ai eu beaucoup de mal à me remettre en tête qui était qui: quelle soeur pour quel éléments, quel est le but de chacune d’entre elles et quels sont leurs alliés. Ce n’est que vers la fin du livre que j’ai réussi à remettre tout dans l’ordre, dommage, car je suis passée certainement à côté de certaines choses intéressantes.

De plus, les dessins ne m’ont pas aidé à retrouver mes esprits. En effet, pour Gwen notre jeune héroïne, je ne l’a voyais pas du tout comme ça dans mon souvenir. De même, les deux autres soeurs sont très similaires dans leurs apparences. 
Ainsi par moments, l’histoire et les illustrations n’arrivent pas à coïncider. Par exemple, lorsque Gwen passe ce pacte de danse avec la Mort, on a dû mal à comprendre la contre-partie. Et lorsqu’il nous ait dit que pour cela, 10 ans de sa vie viennent de s’envoler, on ne voit pas de différences dans les traits de son visage (elle a beau s’interroger sur ses cheveux, nous on ne voit pas de différence).

En bref:

            Malgré de petits désagréments liés surtout aux illustrations qui manquent de recherche, de finesse et de logique par rapport à l’histoire, on reste dans cet univers mystique à la sauce Bretonne. On sent là, un tome de transition qui manque de l’élan et de vigueur mais dont l’histoire risque de prendre plus d’ampleur par la suite.

Autour du livre:
  • Tome 1: la marque de l’entre-monde (<— chronique à retrouver ici)
  • Livre emprunté à la bibliothèque



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire