jeudi 23 mars 2017

Disparu à jamais (Harlan Coben)



Titre original: Gone for Good
Traduction: Roxane Azini
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Pocket
Collection Thriller
465 pages
ISBN-10: 2266136496
ISBN-13: 9782266136495
Genre: Thriller
Lu le: 15 Mars 2017
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

            Livingston, banlieue de New York. Il y a onze ans, Ken Klein, accusé d’avoir violé et étranglé sa petite amie, disparaissait à jamais, emportant avec lui la vérité sur ce meurtre aussi atroce qu’inexplicable… Convaincu de l’innocence de son frère, Will, s’est résigné à cette fuite sans retour. Jusqu’au jour où il apprend que, revenu sur les lieux du crime, Ken a été aperçu dans le cimetière de la ville…
Bientôt, Will voit sa fiancée le quitter sans explication… Pur hasard? Difficile à croire. Brutalement plongé au coeur d’une ténébreuse affaire, il est temps que Will comprenne que les deux êtres qui lui sont le plus chers sont peut-être ceux qu’il connaît le moins…

Mon avis…:

… Général :

            Après avoir lu autant de « Myron Bolitar » que de one-shot, je confirme avec cette nouvelle lecture n’appartenant pas à la  saga « Myron Bolitar » que je préfère les scénarios libres de Harlan Coben. Toujours de multiples intrigues et questions, rondement bien amenées par un scénario bien construit, qui trouveront toutes leurs réponses en fin de lecture. 

… Sur les personnages :

            Je retiendrais davantage les personnages secondaires de ce livre que j’ai trouvé vraiment sympathiques et touchants. Même si Will, personnage principal, ne m’a absolument pas déçu, il n’y a pas eu plus d’attachement de cela avec lui.
J’ai ainsi beaucoup apprécié Sunny et Ken, réciproquement la mère et le frère de Will, Raquel le travesti qui ne veut faire que son devoir et surtout le bien dans la limite de ses moyens et surtout Carrex, le meilleur ami de Will. Ancien délinquant devenu un éminent professeur de yoga (si c’est pas de la fiction çà!^^), il a un passé et une vie très mystérieuse mais il est très posé et réfléchi surtout lorsque cela concerne les gens qu’il aime ce qui fait de lui quelqu’un de très généreux et protecteur. D’ailleurs, sa relation avec Will ressemble plus à une relation fraternelle qu’amicale, puisque tout deux se comprennent parfaitement bien sans avoir nécessairement besoin de parler. Un très joli duo! 

Points de vue/Critiques:

Encore une fois, du début à la fin, le suspense est là et Harlan Coben nous emmène dans sa barque dés les premières pages et nous mène donc en bateau jusqu’à la toute fin!
Je commence à bien comprendre le schéma narratif d’Harlan Coben et je ne l’en lasse pas! Un meurtre ancien inexpliqué, la fuite du coupable, le frère de ce dernier qui a des problèmes et qui voit sa petite amie disparaître, des anciens camarades de lycée qui refont surface: tout ceci constitue la base du thriller. On a ainsi toujours l’impression d’avoir énormément de mystères et de questions sans réponses dés le début de la lecture, mais Harlan Coben distille un rythme et un « relargage » d’informations et de révélations qui font que l’on ne sent jamais perdu dans ce micmac! Pour cela, le personnage principal reprend de temps en temps toutes les informations qu’il a à cet instant, avance ses hypothèses et met de côté ce qu’il a déjà appris. Ces mini-synthèses sont vraiment agréables pour tout remettre à sa place! 

Avec tous ces enchaînements et ses rebondissements, les révélations s’avèrent surprenantes. Et encore une fois, à la toute fin lorsque l’on connait tous les pourquoi du comment et qui est la vrai méchant, Harlan Coben arrive à nous surprendre une toute dernière fois. Jusqu’au dernier moment, il nous trompe sur la nature des personnages que l’on a suivi sur prés de 500 pages et que l’on pensait assez bien connaître, en nous montrant que les gentils et les méchants ne sont pas forcément ceux auxquels on pense…

En bref:


            Encore un très bon thriller signé Harlan Coben où de multiples intrigues arrivent à parfaitement s’emboiter grâce à la plume et au schéma narratif de l’auteur qui permettent au lecteur de se laisser embarquer sans jamais rester au bord de la route pour se poser des questions.

mardi 21 mars 2017

Serre-moi fort (Claire Favan)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (9 Février 2017)
408 pages
ISBN-10: 2266271644
ISBN-13: 978-2266271646
Genre: Thriller
Lu le: 15 Mars 2017
Ma note: 15/20





Résumé/4ème de couverture :

            Méfiez-vous de qui vous tend les bras... " Serre-moi fort. " Cela pourrait être un appel au secours désespéré. Du jeune Nick, d'abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa soeur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l'incertitude et l'absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l'Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité. Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l'enquête sur la découverte d'un effroyable charnier dans l'Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psycho logique d'une rare violence...

Mon avis…:

…Général:

            J’ai mis un certain temps entre la fin de cette lecture (faite en commun avec Lucile du blog « Loeildeluciole » dont vous pouvez retrouver sa chronique ici) et la rédaction de ma chronique, tout simplement parce que je n’arrive pas vraiment à savoir quel est mon réel sentiment sur ce livre. Je ne peux pas dire que j’ai pas aimé, mais pas non plus que cette lecture m’a totalement emballée. Suivant le découpage de l’histoire, mon ressenti a évolué pour commencer avec beaucoup d’engouement, de plaisir et de frisson pour arriver à quelque chose qui m’a plus assagi. Disons pour résumé que ce livre m’a fait « l’effet soufflé »! 

… Sur les personnages:

Du fait de l’intensité du récit et des faits, peu de place est réservée au développement de la personnalité des personnages. Il n’y a donc pas ce côté attachant, mais cela n’en fait pas pour autant des personnages froids et antipathiques. Je pense que ce fait est voulu par l’auteure pour se concentrer davantage sur leur psychologie et pour que le lecteur s’interroge pour au final, être mieux manipulé! 

Points de vue/Critiques:

Pour ce premier livre lu de Claire Favan, je touche du doigt une sorte de sous-catégorie de thriller que je ne connaissais pas, et qui me laisse un sentiment mitigé. Pour les amateurs de thrillers, je pense que ce genre d’opus doit les ravir pour son côté hors-normes. Pour les lecteurs occasionnels de thrillers comme moi, on ne sait plus vraiment quoi en penser.

Dans la première partie du livre, « Un peu », nous faisons connaissance avec le jeune Nick et ses parents brisés qui doivent faire face à la disparition mystérieuse de sa soeur. Dés les premières pages, la tension et la concentration sont présentes. On est immédiatement plongé au coeur de l’histoire. En même temps, avec seulement 400 pages pour un thriller, on se doute un peu que l’histoire doit être d’une certaine intensité. 
Cette première partie m’a vraiment happé et a fait grimpé en flèche mon attrait, mon plaisir et surtout ma peur qui a atteint son paroxysme avec la toute dernière phrase de cette partie!!! Haaa cette phrase!!! Elle qui arrive sans que l’on s’y attendre, comme un coup de poignard, comme elle m’a fait flippé!!!
A partir de ce moment-là, je me suis dit que ça aller promettre si on continuait l’histoire sur ce même ton!! 

La deuxième partie, « Beaucoup », se focalise sur le lieutenant Adam et l’enquête policière. En premier lieu on a donc une sorte de coupure nette après la fin tonitruante de la première partie. Dommage mais pourquoi pas si l’intensité et la peur viennent crescendo pour ce personnage également. Malheureusement ce ne fût pas le cas pour ma part, d’où « l’effet soufflé ». 

Enfin, la dernière partie, « A la folie », correspond au dénouement final et donc à la rencontre entre les deux personnages. Et c’est avec ce dénouement hors du commun que je n’arrive pas à placer son sentiment final. Sans rien révéler, on ne peut pas dire que ça se termine mal, ni que tout se termine bien: voici là, tout la dualité de la situation. 
Si je prend l’exemple des thrillers de Harlan Coben ou de Jean-Christophe Grangé pour lesquels je suis habituée à avoir un final net et précis, où le lecteur comme tous les personnages savent tout ce qu’il faut savoir et ont les points sur les i, la fin de « Serre-moi fort » s’avère très différent. 

En bref:

            Malgré un sentiment mitigé que je n’arrive toujours pas a clairement identifier, ce livre est tout de même un bon thriller, qui nous fait prendre les montagnes russes émotionnellement parlant, passant de la peur à la stupéfaction en passant par le dégoût. Le final est réellement hors du commun qui, même s'il me laisse ce goût de je-ne-sais-quoi, emballera très certainement les plus fervents amateurs de thrillers!!!


lundi 20 mars 2017

Le bon gros géant (Roald Dahl)


Titre original: The BFG
Traduction: Camille Fabien
Nationalité de l’auteur: Galloise
Edition Spéciale Gallimard
Collection Folio Junior
265 pages
ISBN-10: 2070513726
ISBN-13: 9782070513727
Genre: Jeunesse
Lu le: 17 Mars 2017
Ma note: 17/20
Adaptation au cinéma en 2016 par Steven Spielberg



Résumé/4ème de couverture:

Sophie ne rêve pas, cette nuit-là, quand elle aperçoit de la fenêtre de l'orphelinat une silhouette immense vêtue d'une longue cape et munie d'une curieuse trompette. Une main énorme s'approche et saisit la petite fille terrifiée pour l'emmener au pays des géants. Mais heureusement, Sophie est tombée entre les mains d'un géant peu ordinaire : le Bon Gros Géant, qui se nourrit de légumes et souffle des rêves dans les chambres des enfants...

Mon avis…:

            N’ayant pas vu le film, je ne savais pas grand chose de cette histoire à part la rencontre entre une petite fille et d’un gentil géant. J’ai beaucoup aimé cette histoire, bien construite, « sensée », avec de belles valeurs et de jolies réflexions percutantes. Contrairement aux contes adaptés par Disney que je cherche à découvrir par le biais de l’histoire d’origine, on ne trouve pas ici cette signature de conte, avec des situations presque absurdes, à répétition et/ou qui s’enchaînent extrêmement vite. Si c’est cela a signature de Roald Dahl, j’ai hâte de découvrir les autres livres de cet auteur!

Points de vue/Critiques:

Roald Dahl a une très grande et belle imagination! Que ce soit par le scénario général, les contrées majestueuses ou encore les personnages principaux ingénieux et attachants, tout est réuni pour que l’on puisse totalement s’évader. Le Bon Gros Géant est tout simplement adorable, sa maladresse nous fait craquer et que dire de son fabuleux et unique langage qui nous fait mourir de rire! Et le pire c’est que les mots qu’il invente et qui n’existe pas, sont tout simplement construit de façon logique ce qui fait qu’on les comprend parfaitement! 

Derrière tout cela, Roald Dahl laisse le lecteur se questionner sur un fait: Sophie s’offusque de voir les géants manger des humains (adultes ou enfants) mais le Bon Gros Géant ne touche-t-il pas une corde emprunte de vérité lorsqu’il demande si ce n’est pas pareil, voire pire, de voir ces fameux hommes s’entre-tuer? Il y a donc une certaine profondeur dans l’écriture de l’auteur qui ne m’a pas donné l’impression de lire un conte classique ou un livre très enfantin.

En bref:

            Un très joli livre qui m’a permis de découvrir la plume de Roald Dahl emprunte de poésie, d’humour et de profondeur qui nous livre ici une jolie histoire qui célèbre l’amitié, la différence et le courage. Un voyage onirique avec Sophie et le Bon Gros Géant, personnages très attachants, nous fait passer un très bon moment.

Autour du livre:


  • Adapté en film « Le BGG » par Steven Spielberg, sorti le 20 juillet 2016, avec Mark Rylance dans le rôle du BGG et Ruby Barnhill dans le rôle de Sophie