Mes derniers avis romans:

vendredi 18 août 2017

Chambres noires, tome 1: Esprit, es-tu là?




Scénario: Olivier Bleys
 Illustrations: Yomgui Dumont
Nationalité de l’auteur: Française
Editions Vents d’Ouest (16 Juin 2010)
56 pages
ISBN-10: 2749305632
ISBN-13: 978-2749305639
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 5 Août 2017
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

Paris, 1877. Dans le studio de « photographie fluidique » de la famille Pénouquet, des bourgeois s’entretiennent avec leurs parents défunts puis posent en leur compagnie. Ce n’est bien sûr qu’un trucage : Louise et Tristan, les jumeaux adoptifs de la maison, se griment en spectres pour tromper les clients. Mais un jour, le visage d’un vrai fantôme apparaît sur les clichés… Au même moment, les jumeaux sont enlevés par une obscure confrérie royaliste, la Salamandre. Quel lien établir entre cette disparition et l’intrus surnaturel sur les photos ? La famille Pénouquet mène l’enquête !

Mon avis:

On commence la lecture de cette bande-dessinée, par un article d’un journaliste-client qui témoigne de son expérience et qui donc nous présente en préambule cette atypique famille avec ses membres distincts. Ce petit prologue est vraiment sympathique et permet d’identifier très rapidement les personnages et donc de prendre immédiatement part à l’histoire.

L’histoire est vraiment plaisante et drôle aussi avec les personnages et la ruse mise en place. Même si la famille Pénouquet pourrait passer au premier abord pour des escrocs, ce n’est absolument pas le cas qui en ressort, puisque tous les membres sont attachants et l’on ressent beaucoup d’amour et d’affection entre tous.

Les illustrations sont dans un style qui ne me plait pas particulièrement. On retrouve des dessins aux traits allongés et élancés. En revanche, les tons assez sombres utilisés se prête parfaitement à cet esprit vintage.

En bref:

            Même avec des personnages que l’on a peut-être déjà-vu (dans la famille Adams ou dans les films de Tim Burton), l’histoire de cette famille Pénouquet est originale, drôle, et bienveillante malgré une arnaque bien huilée. Mais il faut croire qu’ils vont se retrouver dans les filets de leur propre piège. Il me tarde donc de découvrir rapidement la suite de cette belle découverte qu’est cette série.

Autour du livre:

  • Livre emprunté à la bibliothèque

Azur, tome 1: Providence





Scénario & Illustrations: Philippe Ogaki
Nationalité de l’auteur: Française
Editions Delcourt (1er Juin 2011)
48 pages
ISBN-10: 2756022136
ISBN-13: 978-2756022130
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 7 Août 2017
Ma note: 15/20



L’histoire:

Sitôt débarquée à Providence, Nikki s’attire des ennuis.
Mais que fait une jeune fille dans un endroit aussi peu recommandable, repère d’ivrognes et d’escrocs en tous genres ? Sam, contrebandier bien connu du coin, accompagné de son fidèle Isuzu, compte bien en savoir un peu plus et y voit là un bon moyen de récupérer quelques sacs d’or. Mais il n’est pas le seul à s’intéresser de près à la nouvelle venue.

Mon avis:

Ce premier tome est un tome d’introduction comme l’on peut s’en douter mais on devine qu’il met en place un univers riche et plein de promesses. Concernant l’histoire, rien de vraiment original, mais comme presque à chaque fois j’y adhère. Ce que j’ai particulièrement aimé c’est que le mystère est amené dans certaines petites choses ou personnages et dans la quête globale mais il n’y a pas de volonté de faire du mystère pour faire du mystère. Ce que je veux dire c’est que dans le scénario, dans les enjeux, tout est clair et stipulé. On sais où on va, qui est qui, dans quel clan etc… Rien n’est laissé dans le suspense, dans le doute, dans le mystère et même si cela peut sembler gentillet, ça fait tout de même du bien de temps de temps de lire une histoire sans prise de tête !

On retrouve une héroïne au tempérament volcanique, voire violente, des personnages secondaires prometteurs, de l’action et des rebondissements. Bref, tout est en place pour nous susciter l’envie de découvrir la suite

En bref:

            Une sorte de course au trésor, où le personnage principal est pour une fois féminin, doté d’un redoutable caractère, qui nous entraîne dans une quête héroïc-fantastique où tous les éléments sont clairs, nets et précis, tout en gardant suffisamment de mystère pour donner l’envie de continuer la série en passant un moment de lecture calme.     

Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque



Bouche d'ombre, tome 1: Lou, 1985




Scénario : Carole Martinez
Illustrations: Maud Begon
Nationalité des auteurs: Française
Editions Casterman (28 Mai 2014)
72 pages
ISBN-10: 2203066644
ISBN-13: 978-2203066649
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 8 Août 2017
Ma note: 14/20



Résumé/4ème de couverture:

Paris, printemps 1985 : Lou est en classe de première, elle ne s'intéresse qu'à son monde adolescent, ses amis, les fêtes, le lycée... Jusqu'au jour où toute sa petite bande décide de s'essayer au spiritisme. Le verre bouge et l'univers de Lou vacille.

Mon avis:

Sous son thème léger du spiritisme, cette bande-dessinée analyse finement et avec réussite l’univers insouciant des adolescents qui prennent les choses avec légèreté et qui peuvent vite se laisser entraîner par différentes choses, alors que leur personnalité et leur caractère n’en sont pas en adéquation. Avec Lou et par le biais de beaucoup d’autres personnages, Carole Martinez évoque le sentiment de culpabilité, les secrets de famille, les amitiés mises en péril et les peines de cœur.

On devine donc une histoire riche et c’est le cas. Elle est assez longue et couvre une large période avec beaucoup d’événements. Ainsi, on passe vite sur certains points et on se retrouve à avoir lu une histoire rapide dans son déroulement.
Côté illustrations, je n’en suis pas fan. On a un graphisme flou, crayonné et on alterne entre les couleurs sombres et très vives.

Les autres tomes de la série portent sur des personnages différents. Ils ne sont donc pas la suite de l’histoire de l’un après l’autre, mais peuvent se lire indépendamment.

En bref:

            Ce premier tome de “Bouche d’Ombre”, qui constitue une one-shoot à part entière, dépeint parfaitement tous les tourments de l’adolescente sur fond de spiritisme. Néanmoins, l’histoire longue et complète offre un sentiment de rapidité dans le déroulement des évènements.           

Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque


Les souvenirs de Mamette, tome 2: Le chemin des écoliers




Scénario & Illustrations: Nob
Nationalité des auteurs: Française
Editions Glénat (26 Janvier 2011)
Collection Tchô !
88 pages
ISBN-10: 2723477118
ISBN-13: 978-2723477116
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 3 Août 2017
Ma note: 16/20



L’histoire:

Pas facile, la vie aux champs, dans les années 30. Surtout quand on est une fillette de 8 ans qui a grandi en ville, que vos parents en crise ont confiée aux grands-parents dans la ferme familiale, et qu'on tombe sur des secrets de famille un peu lourds. Heureusement, la petite Marinette est plus solide qu’elle n'y paraît. C'est le moment de découvrir l'école communale et de faire de nouvelles rencontres !

Mon avis:

Toujours un bonheur de retrouve Mamette ou plutôt Marinette (= Mamette enfant). Dans ce deuxième tome, Mamette va devoir s’habituer à la vie aux champs et à la ferme puisque sa mère ne compte pas revenir la chercher. Il faudra donc aller bientôt à l’école mais tout en continuant de faire ses corvées à la ferme le soir, sans compter les devoirs… et les punitions accumulées dans la journée !
Avec tout cela, Mamette n’est pas sans rappeler Laura Ingalls de « La petite maison dans la prairie » !

On retrouve encore à la toute fin du livre quelques planches nous montrant la vieille Mamette dans sa vie d’aujourd’hui. Et par le biais d’une situation ou d’un objet particulier, on a le lien entre la Marinette enfant et la Mamette mamie. Ces quelques planches sont à chaque fois la cerise sur le gâteau et apporte brièvement tellement de bonheur et d’apaisement !

En bref:

La vie aux champs continue pour la petite Marinette qui devra non seulement trouver sa place en plein milieu de la campagne mais également au sein de sa nouvelle école parmi ses nouveaux camarades, ses soupirants et ses instituteurs. La vie de la jeune Mamette n’est pas si simple, mais elle reste joyeuse et pleine de vie pour notre plus grand bonheur.

Autour du livre:

  • Tome 1 : la vie aux champs (ß chronique à retrouver ici)
  • Tome 3 : la bonne étoile (ß chronique à retrouver ici)
  • Livre emprunté à la bibliothèque