Mes derniers avis romans:

dimanche 20 août 2017

Mémé (Philippe Torreton)




Nationalité de l’auteur: Française
Editions J’ai Lu (15 Février 2017)
numéro 11651
140 pages
ISBN-10: 2290138894
ISBN-13: 978-2290138892
Genre: Mémoires
Lu le: 13 Août 2017
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

«Mémé, c'est ma mémé, même si ça ne se dit plus.
Mémé me manque. Ses silences, ses mots simples au Scrabble, sa maison enfouie sous les pommiers et son buffet d'avant-guerre. Ce texte est subjectif, partial, amoureux, ce n'est pas une enquête, ce n'est pas une biographie, c'est ce que j'ai vu, compris ou pas, ce que j'ai perdu et voulu retenir, une dernière fois. Mémé, c'est mon regard de gamin qui ne veut pas passer à autre chose.»

Voici le portrait qu'à plus de quarante ans Philippe Torreton fait de celle qui fut le personnage central de son enfance, un portrait tendre et nostalgique, construit par petites touches comme la mémoire, où chacun retrouvera sa grand-mère ou celle dont il a rêvé.

Mon avis:

Merci à Stéphanie pour ce joli petit cadeau: elle a été touché pour ce récit et lui ayant dit que Philippe Torreton est de « chez mouai » c’est-à-dire des petits cantons de la campagne normande, sans l’avoir déjà lu, Mémé est donc arrivé dans ma bibliothèque.
Au premier abord, on se dit qu’il sera peut-être compliqué de plonger dans les mémoires de l’auteur et d’y être touché, puisque je ne le connait pas vraiment. Et finalement, son texte est  livré avec une telle franchise et spontanéité, que l’on ne peut qu’y être sensible, nous rappelant une mémé ou une toute autre personne de son enfance, que l’on soit Normand ou pas!

Points de vue/Critiques:

Moi aussi j’ai eu ma « mémé », mon arrière grand-mère. Et quand Philippe Torreton décrit avec minutie le lieu de sa vie de sa grand-mère, la maison, la campagne, le mode de vie, jusqu’à la disposition des meubles, les textures et les bruits du quotidien, je me suis irrémédiablement retrouvée chez ma mémé. Ses souvenirs intacts dépeignent parfaitement les us et coutumes de l’époque, une autre époque à laquelle on repense le plus souvent avec nostalgie, n’ayant rien à voir avec notre quotidien actuel. 
Au delà de ces descriptions générales de sa mémé qui peuvent renvoyer l’image de n’importe quel membre de la famille du lecteur, le langage normand, les habitudes et la descriptions des environs de Pont-Audemer, m’ont évidement et logiquement ravies!!! L’éveil de Pont-Audemer, l’hôpital, le marché, le cidre et le pommeau, et toutes ces villes aux alentours se terminant toutes par -ville!!! 
Cela instaure encore plus une certaine proximité et on se dit que l’on est tout simplement en présence d’un gars du coin qui nous raconte la vie de sa mémé durant son enfance. Il s’agit donc d’une retranscription de notre propre enfance.  

Côté construction, c’est simple il y a en aucune. Absolument pas gênant, cela prouve la spontanéité et la sortie du coeur des mémoires de l’auteur. Dans ce récit décousu, les souvenirs volent, virevoltent, se posent puis repartent pour ressusciter tel ou tel autre événement qui a marqué son enfance. 

En bref:         

            Philippe Torreton nous prend par la main et nous fait visiter ses souvenirs d’enfance dans la maison et les habitudes de sa mémé. Emprunt de tendresse, de douceur, d’honnêteté et de spontanéité, on devine un Philippe Torreton ému qui revit ses souvenirs d’enfance et qui permet au lecteur de se remémorer au moins un petit quelque chose de vécu auprès d’un aïeul. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire