Mes derniers avis romans:

vendredi 22 septembre 2017

Il était une fois la fée Chabada (Lucie Brasseur)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Yakabooks (1er Septembre 2016)
254 pages
ISBN-10: 1537103709
ISBN-13: 978-1537103709
Genre: Contemporain
Lu le: 20 Septembre 2017
Ma note: 13/20





Résumé/4ème de couverture:

Maryline, prostituée la nuit, écrit le jour des contes pour enfants. Un soir, elle est arrêtée par les Mœurs. En garde à vue, une cartomancienne lui prédit « la rencontre qui changera sa vie ». Incarcérée et accusée de meurtre, elle clame pourtant son innocence. Entre rêves et stratégie de protection, elle se met à écrire le conte des Poupées Géantes et de la Poussière de Joie. La fiction la sauvera-t-elle de la réalité?
A la fois polar, roman épistolaire et conte pour adultes avertis, Il était une fois la Fée-Chabada emporte le lecteur vers de lointaines aventures entre rêves et contre de détention. 

Mon avis:

Merci à l’auteure pour m’avoir contacté et proposé son livre! Et par la même occasion de découvrir cette petite maison d’édition Yakabooks qui proposent ses livres pour 2 euros!
Le résumé de 4ème de couverture annonce beaucoup de choses en ce qui concerne l’histoire, et beaucoup de thèmes différents: du polar, du conte, de l’épistolaire avec une pointe de mysticisme. Et il est vrai que tout est là, et tout ce mélange même s’il est parfaitement bien maîtrisé (et je dis bravo!), je dois avouer que ça m’a un petit peu perdue... 

Points de vue/Critiques:

On retrouve donc beaucoup de choses dans ce roman: des meurtres sanglants, une enquête policière, une immersion dans le monde carcéral féminin, dans celui de la prostitution, des relations épistolaires, des entretiens psychologiques et bien sûr un véritable conte. Tous ces thèmes dans seulement 250 pages, ça peut faire un peu peur. Certes, mais excusez-moi pour l’expression face à cela, mais je me sens le cul entre deux chaises. Car je me suis trouvée un peu perdue entre tous ces thèmes, on passe aisément de l’un à l’autre mais peut-être trop rapidement. En reprenant ma lecture d’un jour à l’autre, je me rappelais plus où on en était sur les différents fronts. Je pense donc que, de manière générale, tout aurait pu être plus développée, plus approfondi. En revanche, tous ces thèmes sont entraînants, rythment parfaitement l’histoire et surtout je trouve la prouesse technique super bien maîtrisée!

J’ai beaucoup aimé les échanges épistolaires ainsi que la partie polar (les meurtres, l’enquête, et trouver le coupable) dont la fin qui m’a totalement satisfaite. En revanche, pour la partie conte, je n’ai pas réussi à accrocher le wagon. Il n’y a pas de points négatifs ou de critiques à émettre sur ce point, mais je ne sais pour quelle raison je n’ai pas eu d’attachement pour cette partie (dont j’avoue avoir sauté les passages en fin de livre!) Cause ou conséquence de cela, je n’ai pas réussi à trouver des liens métaphoriques ou des ressemblances entre la partie conte et « réalité » (alors que je pense que les deux sont liées plus « intimement »…)

En bref:

            Beaucoup de thèmes différents se retrouvent dans ce « Il était une fois… » un peu particulier qui a été un rendez-vous certes manqué pour moi, mais tout de même assez plaisant! Les parties polar et épistolaires m’ont convaincues, ainsi que le personnage de Marilyne, complexe et fascinante. Néanmoins, je n’ai pas accroché à la partie conte et le passage entre les différents genres sont trop brutaux pour être bien assimilés à mon goût. 

Autour du livre:
  • Livre numéroté: SP00017 et dédicacé
  • Troisième roman de Lucie Brasseur, il a reçu fin juillet le grand prix de littérature de Gascogne 2017
  • Yakabooks: co-fondée par Julien Leclercq et Lucie Brasseur, tout deux auteurs en entrepreneurs, les éditions Yakabooks proposent des livres au prix unique de 2 euros grâce ç un circuit court et à une impression en grande quantité.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire