Mes derniers avis romans:



mardi 31 octobre 2017

Avec tes yeux (Sire Cédric)




Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (9 Mars 2017)
numéro 16699
626 pages
ISBN-10: 2266269445
ISBN-13: 978-2266269445
Genre: Thriller
Lu le: 25 Octobre 2017
Ma note: 17/20





Résumé/4ème de couverture:

Depuis quelque temps, Thomas n’arrive plus à dormir. D’épouvantables rêves le réveillent en sursaut et l’empêchent de se rendormir. Et si ce n’était que ça ! Après une séance d’hypnose destinée à régler ses problèmes d’insomnie, il devient la proie d’étranges visions. Par les yeux d’un autre, il se voit torturant une jeune femme… Persuadé qu’un meurtre est effectivement en train de se produire, il part à la recherche de la victime. Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer.

Mon avis…:

…Général:

            Parce que la rencontre avec Sire Cédric au Salon du Livre de Poche de Saint-Maur était un très bon moment de partage et parce qu’il en parle très bien, j’ai choisi « Avec tes yeux » pour découvrir cet auteur, préférant commencer par sa partie purement thriller avec une petite pointe de fantastique plutôt que ses autres romans (trilogie) plutôt axé sur le fantastique en majeure partie. J’ai donc lu ce livre en lecture commune avec Lucile du blog L’oeil de Luciole et Athénaïs du blog Un bouquin dans la tasse.

Ce très bon thriller regroupe tout ce que j’aime retrouvé: une bonne intrigue prenante et de plus en plus additive au fil des pages, des personnages dont on ne connait jamais le fond de leur personnalité et que l’on suspecte tous à un moment donné, et des crimes et des actes sanglants qui vous font froid dans le dos. Bref, tout est réuni pour dévorer ce thriller et faire passer très rapidement les 600 pages de ce pavé!

…Sur les personnages:

            Trois narrateurs différents se succèdent pour faire avancer l’histoire tout en rythme: Thomas, un trentenaire lambda qui tout à coup voit les meurtres à travers les yeux du tueur, Nathalie, la jeune gendarme boulimique et amie d’une des victimes du tueur et le tueur lui-même.
Les personnages principaux sont assez classiques et ne possèdent pas de forts caractères hors du commun. On connaît peu mais suffisamment d’éléments de leurs personnalités. On s’attarde également peu sur le caractère des personnages secondaires. Le fait de peu développer les personnages n’est pas dérangeant et ne les rendent pas pour autant antipathique (mais pas forcément attachants). On s’identifie peut-être plus facilement et rapidement avec ces personnages communs et lambda et le fait de peu s’y attarder permet au lecteur de plutôt se focaliser sur l’intrigue et sur l’angoisse montante de l’histoire.

Points de vue/Critiques:

Dans ce thriller, il est question de meurtres sanglants et effroyables. Et l’auteur n’hésite pas à décrire chaque acte et chaque conséquence offrant dés lors quelque chose d’assez glauque, gore et répugnant à la lecture. Et je dois avouer que j’aime retrouver ces touches macabres, que l’on retrouvent de façon encore plus accentuées dans les livres de Jean-Christophe Grangé (imbattable pour moi niveau gore!) et qui ne sont malheureusement pas assez utilisées dans les thrillers, je trouve.

Au delà de l’intrigue « de base » du thriller, Sire Cédric a su y mettre une petite touche d’originalité avec un soupçon de paranormal puisque le personnage de Thomas voit littéralement à travers les yeux du tueur. Malgré quelques explications amenées par certains personnages pour essayer de percer ce mystère et qui sont totalement inimaginables et surréalistes (certaines théories met en jeu le cerveau donc dés lors, je grince des dents…!), j’ai beaucoup aimé ce petit côté fantastique puisqu’il ne prend absolument pas le pas sur l’intrigue. De même, sa « résolution », le pourquoi du comment n’est pas vraiment résolu. L’auteur n’a pas voulu y apporter une explication rationnelle et je trouve cela très judicieux et me convient (étonnement) parfaitement. Néanmoins, l’explication donnée pour ce phénomène paranormal est assez logique et même déjà vu, c’est la raison pour laquelle j’avais deviné ce point, seule et unique fois dans ce livre!

Puisque toute l’intrigue est haletante et prenante (j’ai quand même lu ces 600 pages en seulement 3 jours…), on a tout de même un peut peur concernant la fin: sera-t-elle à la hauteur de tout le livre? sera-t-elle surprenante ou classique? Et encore une fois, Sire Cédric a su maîtrisé son art puisque une fois toute l’intrigue résolue, il a su ajouter ces toutes dernières phrases qui apportent la cerise sur le gâteau: une fin surprenante, hors du commun et une toute dernière phrase juste parfaite!

En bref:         

            Dans « Avec très yeux », Sire Cédric manie parfaitement l’art du thriller pour nous proposer une histoire fait de meurtres sanglants explicitement décrits et avec des personnages potentiellement tous suspects. Ce thriller haletant et prenant est diablement efficace avec une fin parfaite en guise de cerise sur le gâteau.


lundi 30 octobre 2017

Tu tueras le père (Sandrone Dazieri)




Traduction: Delphine Gachet
Nationalité de l’auteur: Italienne
Editions Pocket (13 Octobre 2016)
numéro 16356
744 pages
ISBN-10: 2266258273
ISBN-13: 978-2266258272
Genre: Thriller
Lu le: 20 Octobre 2017
Ma note: 17/20



Résumé/4ème de couverture:

Non loin de Rome, un homme affolé tente d'arrêter les voitures. Son fils de 8 ans a disparu et le corps de sa femme gît, décapité, au fond d'une clairière. 
Le commissaire Colomba Caselli ne croit pas au drame familial et fait appel à un expert non conventionnel : Dante Torre. Aussi ironique que paranoïaque, il n'est pas un spécialiste en disparitions d'enfants pour rien. Kidnappé à l'âge de 6 ans, il a grandi enfermé dans un silo à grains avant de parvenir à s'échapper. Pendant des années, son seul contact avec l'extérieur a été son mystérieux geôlier, qu'il appelle " le Père ". Et Dante en est sûr aujourd'hui : le Père est de retour... 

Mon avis…:

…Général:

            Un gros pavé qu’est ce thriller, acheté et dédicacé au Salon de Saint-Maur en Poche et lu en commun avec Florence du blog Flo & Books. Mais ce gros pavé c’est aussi et surtout un super bon thriller, qui nous fait défiler les pages à une vitesse folle et qui se conclut en apothéose! Non seulement on a pas l’impression de s’être enfilé presque 750 pages mais  en plus on en redemande puisque l’on veut absolument lire la suite lorsque l’on prend conscience de la dernière phrase, cette fameuse et percutante dernière phrase!!!

… Sur les personnages:

            J’ai beaucoup aimé les deux personnages principaux dont la personnalité et le caractère sont bien développés. Dante Torre a eu tout de même ma petite préférence étant donné que c’est tout de même un personnage totalement atypique! Il m’a d’ailleurs fait penser à Monk ou encore à Jacob Hood de Eleventh Hour. 
Mais ce que j’ai particulièrement aimé avec ces personnages, c’est la relation qui s’instaure entre eux. Sandrone Dazieri n’a pas orienté leur relation vers des sentiments amoureux (merci, merci pour çà!), mais plutôt vers une relation fraternelle. Cette dernière se met en place naturellement, elle est douce, saine et basée sur la confiance réciproque entre Dante et Colomba. Ils se soutiennent, s’aident et peuvent compter l’un sur l’autre. Cette relation intimiste est touchante.

Points de vue/Critiques:

L’épaisseur du livre me faisait un peu peur au début. Je pensais que ce livre prendrait du temps à lire et aussi que l’histoire tournerait en rond ou alors qu’elle présenterait à un moment donné certaines longueurs. Et surprise, j’ai lu ce livre en seulement 3 jours et l’histoire est tout simplement haletante. En effet, Sandrone Dazieri a parfaitement maîtrisé son histoire puisque dés le début, on attaque dans le vif du sujet et on est jamais délaissé. Entre l’approfondissement des personnages, les rebondissements, les péripéties et les hypothèses, on ne peut pas s’ennuyer une seule seconde. On contraire, on veut toujours un peu plus savoir ce qu’il va se passer, bref, les pages s’enchaînent très rapidement. 

Concernant l’enquête, difficile d’imaginer ce qu’il va se passer ou quelles sont les bases de tout cela. Le « truc » est assez complexe, tout en étant très compréhensible et j’ai aimé le fait que cela soit lié à notre Histoire, tout en ayant un aspect scientifique et psychologique. Tout se mêle parfaitement, les différents aspects sont bien équilibrés et sont totalement crédibles! Et cerise sur le gâteau, que se soit dans les détails ou dans le passé des personnages, chaque chose à son importance dans cet embroglio sordide!

En bref:         

            Avec une plume percutante et incisive, Sandrone Dazieri nous offre ici un remarquable thriller addictif avec un duo de personnages principaux très attachants et originaux et avec un scénario palpitant dont la tension ne fait qu'augmenter, avec de nombreux rebondissements qui font que les pages défilent à une vitesse folle pour arriver à un final qui nous fait pleurer…de ne pas avoir le tome 2 à côté de soi!

Autour du livre:      

  • Finaliste du prix Le Point du polar européen 2016
  • Livre dédicacé au Salon du livre de Poche de Saint-Maur 2017
  • Tome 2: Tu tueras l'ange



vendredi 27 octobre 2017

Les fourmis, tome 2: le jour des fourmis (Bernard Werber)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Le Livre de Poche (29 Mars 1995)
487 pages
ISBN-10: 2253137243
ISBN-13: 978-2253137245
Genre: Science-Fiction
Lu le: 17 Octobre 2017
Ma note: 15/20





Résumé/4ème de couverture:

Sommes-nous des dieux ? Sommes-nous des monstres ?
Pour le savoir, une fourmi va partir à la découverte de notre monde et connaître mille aventures dans notre civilisation de géants. Parallèlement, un groupe de scientifiques humains va, au fil d'un thriller hallucinant, comprendre la richesse et la magie de la civilisation des fourmis, si proche et pourtant si peu connue. On est comme aspiré par ce roman qui se lit d'une traite. Sans s'en apercevoir, pris par le suspense et la poésie, on reçoit toutes sortes d'informations étonnantes et pourtant vraies. Après le succès international de son premier livre, Les Fourmis, Bernard Werber s'est imposé comme l'inventeur d'un nouveau style de littérature, à cheval entre la saga d'aventure, le roman fantastique et le conte philosophique.
Le Jour des fourmis, traduit en 35 langues, couronné du Grand Prix des lectrices de Elle, a été mis au programme de certaines classes de français, de philosophie et même de... mathématiques. Bien au-delà du thème des fourmis, il s'agit là d'un vrai livre initiatique qui nous oblige à réfléchir sur notre place dans l'univers.

Mon avis:

            Un nouveau tome des fourmis et une nouvelle lecture commune avec cette fois-ci Hélène du blog « Ma toute petite culture ». Et tout comme pour le premier tome (que j’avais lu en même temps que Florence du blog Flo and Books), les ressentis, différents pour l’une et pour l’autre, sont les mêmes: pour ma part, j’au beaucoup aimé, pour ma binôme de lecture, ça ne l’a pas fait!

Points de vue - Critiques:

Ce que j’ai aimé dans ce livre est ce que l’on retrouve dans le premier tome et c’est ce que n’ont pas aimé mes partenaires de lecture. On replonge donc l’univers minuscule et fascinant des fourmis avec 103é, notre petite héroïne. On la retrouve là où nous l’avions laissée dans le premier tome, avec un petit rappel bref et rafraichissant de son histoire. Donc le début de ce deuxième tome n’est pas marqué par un oubli total de ce qui s’est passé précédemment, ni par un saut remarquable dans le temps, ni par la venue d’autres personnages inconnus principaux. Dés le début, j’ai aimé retrouvé cette constance, retrouvé mes marques de la première histoire, retrouvé déjà ce qui a fait que j’ai beaucoup aimé le premier tome. 
Le seul petit bémol concernant les fourmis, c’est que finalement ces parties sont un peu moins présentes que dans le premier tome (au profit de l’histoire des humains) et que cette partie consacrée aux insectes est un peu moins trépidante. Il faut aussi avouer que les petites expéditions chez les abeilles ou les termites nous en apprend sur des communautés d’insectes différentes, mais nous se sommes alors plus en présence des fourmis chez elles. En revanche, pour mon plus grand plaisir et au grand damne des « non-scientifique », j’ai eu l’impression que l’on retrouvait encore plus de termes scientifiques et techniques tels que les noms latins des animaux et plantes!

La partie humaine elle, est divisée en deux: celle concernant les personnages du premier tome et localisées sous la fourmilière et puis de nouveaux personnages qui enquêtent sur des morts mystérieuses. Que se soit l’une ou l’autre, je dois avouer que j’ai beaucoup aimé ces parties, que j’ai préféré au premier tome. J’ai aimé voir les personnes du premier tome évolués vers une nouvelle société même si c’est la partie la plus utopique, la plus farfelue et la plus « science-fiction » du livre (heureusement que cette partie n’a d’ailleurs pas prise plus d’importance sinon je n’aurais très certainement pas autant aimé l’histoire).
J’ai beaucoup aimé la partie consacrée à l’enquête policière, peut-être la partie que j’ai préféré dans le livre, avec l’arrivée de nouveaux personnages qui permettent d’insuffler un petit vent nouveau dans ce deuxième tome au milieu des bases connues rassurantes. Même si cette enquête n’est pas le seul sujet principal du livre, elle est tout de même très bien ficelée et bien menée et les personnages sont très bien construits et creusés.

En bref:

            Un deuxième tome tout aussi bon que le premier dans lequel j’ai pris plaisir à retrouver le monde des fourmis (peut-être malheureusement un peu moins présente) avec notre petite 103è en chef de file et avec de l’autre côté la partie humaine, avec les personnages du premier tome que l’on a pas abandonné et avec un super duo inspecteur/journaliste qui enquêtent sur des morts mystérieuses qui pourraient être en rapport avec nos petites fourmis préférées… 

Autour du livre:


  • Tome 1: les fourmis (<— chronique à retrouver ici)