Mes derniers avis romans:

mardi 17 octobre 2017

Jonathan Livingston, le goéland (Richard Bach)



Titre original: Jonathan Livingston Seagull
Traduction: Pierre Clostermann
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Librio (19 Novembre 2003)
Collection Roman
93 pages
ISBN-10: 2290334677
ISBN-13: 978-2290334676
Genre: Classique
Lu le: 6 Octobre 2017
Ma note: 12/20



Résumé/4ème de couverture:

            Décidément, Jonathan Livingston n'est pas un goéland comme les autres. Sa seule passion : voler toujours plus haut et plus vite, pour être libre. Mais cet original qui ne se contente pas de voler pour se nourrir ne plaît guère à la communauté des goélands. Condamné à l'exil, seul, Jonathan poursuit ses découvertes, sans peur, sans colère. Il est seulement triste de ne pouvoir les partager, jusqu'au jour où il rencontre des amis... Jonathan apprend alors à briser les chaînes qui emprisonnent son corps et ses pensées. Ce livre drôle et poétique est un hymne à l'amour et à la liberté !

Mon avis:

            L’histoire de « Jonathan Livingston » peut très certainement être considérée comme un classique. Ce qui m’étonne davantage en revanche, c’est le fait que ce livre soit considéré comme un livre jeunesse, puisque même si j’ai compris l’histoire en surface, en profondeur je n’ai pas tout compris: le ou les messages à transposer dans notre société humaine, la poésie, la spiritualité. 

Points de vue/Critiques:

On ne doit pas avoir pour idée que l’histoire de Jonathan Livingston s’apparente à un conte, une jolie histoire avec sa petite morale finale. Car l’histoire se révèle au final, assez ennuyeuse et est davantage portée sur le côté barré et sur l’aspect philosophique et spirituel. Pour ma part, en étant peut-être trop terre à terre, je n’ai pas réussi à atteindre un stade supérieur pour accéder pleinement aux finalités de l’histoire. Je sais et je sens que ce classique regorge surement de correspondance et de morales à effectuer en rapport avec notre société, mais lesquelles exactement…

L’écriture de Richard Bach est assez complexe et n’aide pas le lecteur à accéder à toutes les valeurs de l’histoire. En effet, les phrases sont très longues, complexes, regorgent de métaphores et de termes techniques et les descriptions sont très nombreuses. Il est donc parfois difficile de ce concentrer pleinement sur la vie de Jonathan Livingston le goéland.
On retient néanmoins puisque cela est assez clair, que l’on ne doit jamais cesser de croire en ses rêves et que l’on est pas obligé de rester dans la case que l’on nous a attribué dés la naissance. Cela est donc transposer à travers l’histoire de Jonathan Livingston le goéland, mais le vocabulaire, la signification et le symbole de la mer et de l’oiseau me font penser que d’autres choses plus spirituelles peuvent être retirées car ces morales auraient très bien pu être piochés avec d’autres personnages, humains comme animaux. 

En bref:         

            L’histoire de Jonathan Livingston le goéland est un récit initiatique dans lequel on retrouve une morale assez claire, néanmoins, le tout est peut-être trop empli de philosophie, de spiritualité et de poésie pour pouvoir en retirer tout ce que l’auteur a voulu retranscrire. De nombreux concepts sont abordés, mais je ne suis pas sûre que ce classique considéré comme jeunesse puisse être entièrement accessible aux plus jeunes!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire