Mes derniers avis romans:



lundi 13 novembre 2017

Les jonquilles de Green Park (Jérôme Attal)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (1er Juin 2017)
numéro 16935
192 pages
ISBN-10: 2266276042
ISBN-13: 978-2266276047
Genre: Contemporain
Lu le: 2 Novembre 2017
Ma note: 14/20



Résumé/4ème de couverture:

Londres, 1940. Chez les Bradford, le Blitz n'empêche pas la vie de continuer. Ni le père d'inventer des choses les plus farfelues (un tatou géant !), ni la mère de pédaler jusqu'à son usine en chantant sous les bombes, ni la sœur de tomber amoureuse, encore et encore, de Clark Gable... Quant à Tommy, 13 ans, il ne vit que pour rigoler avec les copains, se gaver de comic books, et considérer Churchill comme une sorte de Superman-sur-Tamise. 
Noël approche, les sirènes hurlent. Reverra-t-il un jour fleurir les jonquilles de Green Park et, surtout, les si jolis yeux de Mila Jacobson ? 

Mon avis:

            J’ai eu beaucoup de mal à cerner cette histoire et à entrer dedans. Et comme le livre est assez court, une fois avoir enfin pu mettre les pieds dans le plat, le livre se termine… Mais connaissant un peu l’auteur, l’histoire racontée par ce petit garçon est assez barrée dés le début, tout comme son auteur. Cela m’a vraiment posé problème pour planter le cadre de l’histoire. 
Ce livre est un peu à l’image d’un puzzle: j’aime commencer par faire le cadre pour savoir où l’on va et on complète l’intérieur, mais ici on commence plutôt par les pièces du milieu qui, une fois presque terminées, forment le cadre.

Points de vue/Critiques:

Contrairement aux autres livres traitant de la Seconde Guerre Mondiale, ici on s’intéresse plus particulièrement à une nuit de bombardements et sur le quotidien d’une famille Londonienne, le tout à travers les yeux (et l’innocence) d’un gamin. Ainsi, le texte et la construction vont a volo, suivant les mots, les idées et les pérégrinations d’un enfant, qui peut passer du coq à l’âne en moins de deux secondes!
Tommy représente donc toute la jeunesse durant la guerre. Et sa vision des choses la guerre et sa famille, est très touchante. Il nous présente sa famille en détail, ses amis, sa premier coup de coeur, ses problèmes de camaraderie et ses problème scolaire. Ces présentations se font de manière simple et innocente dans un contexte de guerre qui s’échappe plus ou moins de la narration de Tommy. Mais va venir cette fameuse nuit de Décembre 1940 où Londres sera frapper par les bombardements ennemis et où la guerre, son impact et ses conséquences, vont éclater aux yeux de Tommy.

En bref:         

            Parce que l’histoire vagabonde de digression en digression au gré des idées et des humeurs de Tommy, le narrateur, le cadre de l’histoire est difficile à mettre en place et donc il n’est pas aisé de se plonger immédiatement dans l’histoire. Mais peu à peu, on voit où veut nous emmener l’auteur, mais une fois établi, la fin de l’histoire arrive...

Autour du livre:
  • prix du roman de l'Ile de Ré 
  • prix Coup de cœur du salon Lire en Poche de Saint-Maur 2016
  • L’auteur: Jérôme Attal est parolier pour la scène musicale française (Vanessa Paradis, Jenifer, Florent Pagny, Johnny Halliday et Michel Delpech) et est l’auteur de 10 romans



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire