Mes derniers avis romans:



dimanche 11 mars 2018

Les nombrils, tome 2: Sale temps pour les moches




Scénario: Delaf
Illustrations: Maryse Dubuc
Nationalité des auteurs: Canadienne
Editions Dupuis (24 Janvier 2007)
46 pages
ISBN-10: 2800138742
ISBN-13: 978-2800138749
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 4 Mars 2018
Ma note: 15/20




L’histoire:

Elles sont jeunes, belles... et vaches !
Jenny et Vicky sont les pires chipies que la Terre ait portées. Avec leurs vêtements sexy et leur maquillage provocateur, elles se prennent pour le nombril du monde et sont prêtes à tout pour être le centre d’attraction.

Quand elles apprennent que leur amie Karine, gentille mais peu gâtée par la nature, s’apprête à sortir avec le beau Dan, elles décident de réagir et vont faire preuve d’une imagination débordante pour saboter l’idylle naissante. Non pas parce qu’elles ne supportent pas la concurrence (Karine est trop moche pour leur faire de l’ombre, voyons !) mais pour sauver leur belle amitié.

Mon avis:

            Etonnement, dans ce deuxième tome, les personnages évoluent, et cela assez rapidement. En effet, dans le premier tome où nous faisions la connaissance de Karine et ses deux « amies-ennemies », Jenny et Vicky, et où nous avions pu remarquer de Karine était le souffre-douleur et le défouloir des filles, dans ce tome, c’est non seulement plutôt Jenny qui devient une victime, mais en plus Karine est un peu laissée de côté puisqu’elle roucoule avec Dan. De plus, ce dernier a bien compris que Vicky et Jenny ne sont que deux manipulatrices et ne se laisse plus avoir dans leurs manigances désespérées pour le séparer de Karine.
C’est donc assez plaisant de voir les choses évoluer et de ne pas avoir encore des petites histoires construites sur la même base, mais en plus, c’est assez réconfortant de voir illustrer dans un album jeunesse que les choses peuvent rapidement changées, et que le revers de fortune est possible pour tous, que l’on soit « moche » ou « bankable ».  

De plus, voir les conditions familiales de Vicky et Jenny sont très intéressantes et permettent de nuancer son jugement sur ces pestes. Encore une fois, derrière cela, se cache une bonne morale, à savoir que si les gens sembler (vouloir) éclater aux yeux de tous, c’est bien parce qu’ils veulent avant tuout, cacher quelque chose de plus secret. 
Qui a dit que l’on ne retrouvait pas des notions de psychologie et de comportement humain dans les albums jeunesse…?

En bref:

            Ce deuxième tome est une belle surprise dans le sens où tous les personnages ont évolué par rapport au début, au moment de faire connaissance. Ainsi, il est intéressant et plaisant de voir que l’auteur a mis en scène des sujets plus ou moins graves comme le suicide, le harcèlement, les relations amoureuses et amicales, d’autant plus l’on peut voir que les choses peuvent rapidement changer avec des rôles qui s’inversent ou des retours inatendus de boomerangs. 

Autour du livre:
  • Tome 1: Pour qui tu te prends? (<— chronique à retrouver ici)
  • Livre emprunté à la bibliothèque



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire