Mes derniers avis romans:



jeudi 12 avril 2018

Chicago requiem (Carine Foulon)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Auto-édité (5 Mars 2018)
430 pages (en imprimé); 348 pages (en ePuB)
ISBN-13:  979-1096342167
Genre: Thriller
Lu le: 31 Mars 2018
Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

Chicago, années folles…
Sur la scène d’une ville en proie à la corruption, acteurs et gangsters se côtoient.
William, issu d’une famille riche et influente, les Henderson, possède un théâtre cerné de speakeasies et de maisons closes. Il aide son épouse, Susan, à reprendre sa carrière d’actrice malgré la corruption et la prohibition.
La sœur de William, Meredith, vient de passer cinq ans en prison. Résolue à se venger de son frère et de tous ceux qu’elle pense responsables de son incarcération, elle s’établit à Miami où elle rencontre un certain Al Capone.
Le vaudeville peut alors virer au drame, à la scène comme à la ville.

Mon avis:

            Merci beaucoup à l’auteure, Carine Foulon, pour m’avoir proposé de lire son livre car se fut une très bonne lecture. « Chicago requiem » est un très bon roman accrocheur, qui mêle le polar, le roman sentimental, le roman familial et le roman historique. L’ambiance des années 20 apporte un véritable plus, et le travail concernant les personnages, avec leurs caractères et leurs psychologies est réellement approfondi et maîtrisé. 

Points de vue/Critiques:

Si je ne me trompe pas, j’ai pu avoir l’occasion de lire ce livre après quelques corrections suite à la première édition. Ainsi, on peut remarquer que la couverture a changé et surtout que le résumé de 4ème de couverture est différent et je dois avouer que celui de la première édition se prête très mal à l’histoire toute entière puisqu’il reprend uniquement un fait qui ne se passe qu’en fin d’ouvrage. 

Bref, dés le début de « Chicago requiem » nous découvrons la famille Henderson, une famille très fortunée mais dont la vie n’est pas de tout repos! Durant un petit laps de temps, nous faisons la connaissance de tous les membres de la famille sur quatre générations et cela aurait pu très vite nous perdre, mais heureusement un petit arbre généalogique est là pour nous situer. Mais une fois ce cadre familial mis en place et connu, nous nous rendons vite compte quels seront les membres clés de la familles qui constitueront l’histoire. C’est donc la troisième génération de Henderson, William et sa femme, sa soeur Meredith ainsi que ses cousins et cousines qui est véritablement au coeur de l’histoire. 

Toutes ces affaires familiales, teintée de passions, de trahisons, d’enjeux, de volonté parentales et de pression sociale pourrait nous faire penser à Dallas ou encore Les feux de l’amour. Même si cette petite idée n’est jamais loin en tête, aucune autre comparaison n’est possible. Et cela vient surtout du fait de retrouver des personnages aux caractères, aux personnalités et à la psychologie extrêmement bien développé et approfondi. Tout ce que chacun vit actuellement selon ce qu’il a vécut dans son passé, et selon les enjeux futurs qui découleront des actions et des décisions à prendre sur le moment présent, est véritablement poussé et creusé. Ainsi, même si un personnage nous semble au premier abord trop mou et laxiste, il nous est révélé comme quelqu’un de plutôt réfléchi et déterminé et a contrario, un personnage antipathique et sans scrupules devient progressivement humain et appréciable. 

Mettons par exemple l’accent sur William Henderson qui est un jeune héritier est décrit comme quelqu’un de très faible et chétif, physiquement et psychiquement parlant et sans être vraiment antipathique, rien n’est fait pour que le lecteur s’attache à lui. Il a épousé par amour, contre vents et marées, Susan Weaver, actrice aussi belle que fragile et maladive. Mais il est continuellement sous la coupe et l’influence de sa soeur Mederith, manipulatrice et maladivement perverse voulant tuer toute sa famille par tous les miens possible, qui entretient une relation malsaine avec son frère. William va peu à peu vivre une véritable descende en enfers, un naufrage psychologique. Et l’on ne sait pas, jusqu’à la fin du livre, si William va résister à la douleur et aux pressions qui emplissent désormais sa vie. C’est assurément le personnage qui évolue le plus dans le roman, et plus il manifeste et développe une sensibilité singulière face à la folie de sa soeur et aux événements tragiques afin de préserver coûte que coûté son amour et ses enfants, plus il nous devient attachant. 

En bref:

            A travers « Chicago requiem », Carine Foulon nous offre une très bonne lecture prenante et addictive qui est un savant mélange maîtrisé de genres: un roman familial dans lequel se mêle du polar, de la noirceur, du suspense, de l’effroi, et des sentiments, le tout baignant dans l’agréable ambiance des années 20. La psychologie et le caractère des personnages qui sont véritablement bien approfondis et développés, constituent l’une des forces de ce livre qui mérite un succès à la hauteur de sa qualité et du bon moment passé à sa lecture! 

Autour du livre:
  • Livre lu en numérique



2 commentaires:

  1. Ce livre a l'air vraiment bien ! Et l'ambiance que tu décris me fais un peu penser à la série Peaky Blinders.
    Du coup, un livre en plus dans ma wishlist.. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas cette série donc je peux pas te dire mais je suis contente que ce livre atterrisse dans ta wish-list! ;)

      Supprimer